Iatseniouk investi à la tête du gouvernement ukrainien

le
1

KIEV, 27 novembre (Reuters) - Le Premier ministre ukrainien Arseni Iatseniouk a été reconduit jeudi à la tête du gouvernement à une très large majorité des députés du Parlement issu des élections du 26 octobre. Figure de la "révolution de Maïdan" de l'hiver dernier, Iatseniouk, qui dirigeait le gouvernement provisoire depuis la chute du président Viktor Ianoukovitch, a obtenu les voix de 341 des 450 députés de la Rada. Le vote, lors de la séance inaugurale du nouveau Parlement, est une réponse aux rumeurs faisant état de divisions au plus haut niveau du pouvoir ukrainien. Dans un discours prononcé à la tribune du Parlement, le président Petro Porochenko avait affirmé un peu plus tôt que les Ukrainiens étaient favorables "à 100%" au maintien d'un Etat unique, sans fédéralisme, que Kiev interprète comme une première étape vers un démembrement du pays. Le soutien à une adhésion à l'Otan, ajoutait-il, a été multiplié "par trois ou quatre" au cours de l'année écoulée "en grande partie grâce à la Russie", que Kiev accuse de financer et soutenir les séparatistes de l'est. Dans un geste théâtral censé démentir toute rivalité entre Porochenko et lui, Iatseniouk a tendu une main vers le président et lui a dit: "Voici ma main qui réalisera tout ce que vous venez de dire à cette tribune." "C'est notre responsabilité commune", a-t-il ajouté avant de se diriger vers Porochenko et de l'étreindre sous les applaudissements. Les partis politiques favorables au rapprochement avec l'Union européenne ont largement remporté les élections du 26 octobre, que les séparatistes pro-russes des "républiques populaires" autoproclamées de Donetsk et de Louhansk avaient boycottées. Mais des informations ont circulé sur des rivalités apparues entre Porochenko et Iatseniouk sur le partage des responsabilités au sein du futur gouvernement. Dans son discours, Porochenko a prévenu, en allusion à la menace russe, que l'Ukraine devrait sans doute "dormir à jamais avec un revolver sous son oreiller". (Natalia Zinets et Alessandra Prentice; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • v.sasoon le jeudi 27 nov 2014 à 14:33

    http://reseauinternational.net/crash-du-vol-mh-17-lagence-reuters-apporte-de-nouveaux-elements-incriminant-kiev/