Ian Brossat : gauche mais pas maladroit

le
0
Ian Brossat incarne le renouvellement des cadres du PC, selon Pierre Laurent.
Ian Brossat incarne le renouvellement des cadres du PC, selon Pierre Laurent.

"On va s'occuper de vous." Dans une petite salle sans fenêtres, éclairée au néon, au sous-sol de la mairie du 18e, Ian Brossat, président communiste du groupe Front de gauche au Conseil de Paris, répète la phrase aux habitants du quartier qu'il reçoit lors de sa permanence facultative d'élu. Dans l'arrondissement, lui seul et Pierre-Yves Bournazel (UMP) tiennent à recevoir ainsi leurs administrés. Chemise impeccablement repassée, Coca light en main (il n'y avait plus de Coca zéro), stylo bille, feuilles blanches et ses deux vieux portables posés sur la table, cet ancien professeur de lettres au lycée écoute et hoche la tête, l'air compréhensif.

Deux heures durant, les doléances se suivent sans interruption et se ressemblent. Des problèmes de logement. Des locataires, souvent des femmes immigrées en difficulté, avec plusieurs enfants, menacées d'expulsion ou qui tentent d'obtenir un appartement plus décent sans avoir les moyens de payer des loyers exorbitants. Les dossiers urgents attendent parfois plus de dix ans avant d'aboutir. Mais quand ils aboutissent, les habitants pleurent, l'embrassent, le félicitent. "Ça ne rapporte pas beaucoup de voix, car la plupart d'entre eux ne votent pas", précise Ian Brossat. "Même si la demande ne marche pas, je sais pour qui je vais voter", lâche avant de partir une mère de famille qui s'estime harcelée par son propriétaire et qui se sent soutenue par l'élu. "Coco bobo"C'est grâce à cette...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant