IAAF : La corruption à des fins politiques selon Diack

le
0
IAAF : La corruption à des fins politiques selon Diack
IAAF : La corruption à des fins politiques selon Diack

Mis en examen pour corruption, Lamine Diack, l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme, aurait fait des déclarations détonantes d'après le journal Le Monde. Il aurait notamment expliqué avoir reçu de l'argent de la part de la Fédération russe pour financer une campagne électorale au Sénégal.

Le monde de l'athlétisme est encore un peu plus dans la tourmente depuis vendredi. Après l'affaire dopage organisé touchant la Russie, Le Monde a mis en lumière ce vendredi les agissements frauduleux de Lamine Diack, l'ancien président de la Fédération internationale d'athlétisme. 

Mis en examen pour corruption, le Sénégalais a fait des révélations incroyables aux enquêteurs français comme le rapporte le quotidien. Il exlique notamment comment il aurait reçu de l'argent de la part de la Fédération russe à des fins politiques.

L'affaire remonte en 2012. Cette année-là, l'ancien maire de Dakar et ancien vice-président de l'assemblée nationale aurait reçu de l'argent de la part de la Russie, pour financer la campagne de Macky Sall, lors des élections présidentielles et législatives. Un échange de bons procédés avec Valentin Balakhnichev, alors président de la Fédération russe d'athlétisme et trésorier de l'IAAF, qui a besoin d'aide pour couvrir les pratiques dopantes récurrentes en Russie.

« Nous nous sommes entendus, la Russie a financé. »

 

Diack explique : «  Je vous ai dit qu’il fallait à cette période gagner la "bataille de Dakar", c’est-à-dire renverser le pouvoir en place dans mon pays, le Sénégal ». Et d'ajouter : « Il fallait pour cela financer notamment le déplacement des jeunes afin de battre campagne, sensibiliser les gens à la citoyenneté. (…) J’avais donc besoin de financements pour louer les véhicules, des salles de meetings, pour fabriquer des tracts dans tous les villages et tous les quartiers de la ville. M. Balakhnichev [président de l’ARAF, la Fédération russe d’athlétisme] faisait partie de l’équipe Poutine et à ce moment il y avait ces problèmes de suspension des athlètes russes à quelques mois des championnats du monde en Russie. Nous nous sommes entendus, la Russie a financé. C’est Balakhnichev qui a organisé tout ça. Papa Massata Diack (l’un des fils de Lamine Diack) s’est occupé du financement avec Balakhnichev.  »

Lamine Diack aurait alors couvert alors les les atlètes russes au passeport biologiques anormaux ou sous la menace de suspension pour dopage. En compagnie de Gabriel Dollé, le responsable du département médical et antidopage de l'IAAF, mais aussi d'Habib Cissé, son conseiller juridique, tous deux mis en examen pour corruption passive, Diack couvre les pratiques dopantes et retarde les suspensions.

Interrogé par l'AFP, l'un de ses avocats a réfuté tout lien entre cette aide financière et l'attitude de son client : « Lamine Diack conteste absolument qu'il y ait un lien entre ce financement en 2012 et le sort des athlètes russes », a déclaré Me Alexandre Varaut. « Ce que la Russie a pu faire pour le financement des élections au Sénégal n'est pas la contrepartie d'un avantage consenti aux athlètes ou à la fédération russe », a-t-il ajouté.

Interrogé par Le Monde, Valentin Balakhnichev a aussi nié son implication : « Ni moi ni ma fédération n'avons été impliqués dans une telle discussion ou affaire avec M. Diack. Ce type de business n'est pas de notre intérêt et pouvoir. Nous ne pouvons pas interférer dans les affaires intérieures du Sénégal ». Le

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant