Hymne, pop corn et drapeau pour « Independence Day : Resurgence », au Grand Rex

le
0
«  Independance Day, resurgence », film américain de Roland Emmerich.
«  Independance Day, resurgence », film américain de Roland Emmerich.

La suite du film catastrophique, réalisé par Roland Emmerich, était présenté en avant-première à Paris, le 4 juillet.

Invités à découvrir Independence Day : Resurgence, de Roland Emmerich, lors de l’avant-première, au Grand Rex, le 4 juillet, les journalistes ont pu se consoler du pénible spectacle du film avec celui, non moins éprouvant mais suffisamment dégénéré pour être distrayant, qu’avait organisé la Fox pour l’occasion. A 20 heures, les 2 800 sièges de ce temple du cinéma parisien étaient occupés par des spectateurs à qui l’on avait offert un gros paquet de pop-corn et un drapeau américain.

Le niveau sonore était violent, saturé par les élucubrations d’un animateur survolté qui promettait des cadeaux sponsorisés au premier qui répondrait à ses questions sur Independence Day, navet bushisteréalisé il y a vingt ans par le même Roland Emmerich. Les prix ont été raflés par les utilisateurs de moteurs de recherche les plus agiles, tandis que les autres étaient incités à tweeter tout et n’importe quoi, pourvu qu’ils y collent le hashtag #IDRParis.

Paresse et vulgarité Faire du buzz, tout l’enjeu était là. C’est ainsi qu’à 20 h 15 la soirée est partie en orbite, quand le maître de cérémonie a demandé à l’assistance de se lever, de placer sa main droite sur le cœur et d’agiter son drapeau en signe de reconnaissance envers « ce grand peuple allié auquel la France doit tant », au rythme de l’hymne américain.

Le spectacle a ensuite glissé de la salle à l’écran. D’un Independence Day à l’autre, le concept n’a pas changé. Englué dans une bouillie numérique, ce deuxième volet recycle une ima...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant