Hyères : pas de McDo pour les clochards

le , mis à jour à 09:05
0
Hyères : pas de McDo pour les clochards
Hyères : pas de McDo pour les clochards

McDonald's, dont le slogan est « Venez comme vous êtes », se serait sûrement bien passé de cette polémique avec les sans-abri. Le 25 juillet dernier, la direction d'un restaurant McDonald's de Hyères (Var) a placardé une affiche interdisant « formellement de procurer de la nourriture aux clochards ». Cet affichage faisait écho au geste d'un salarié de l'établissement qui, prenant sa pause-repas sur son lieu de travail, avait offert son plateau à un sans-abri installé tout près de l'établissement.

Repéré, l'employé a été rappelé à l'ordre par la direction du McDonald's qui a alors répété, par voie d'affiche, « ses » consignes en la matière : « La prise de repas des équipiers doit être consommée sur place. C'est un avantage en nature personnel et ne doit profiter qu'au salarié en question. McDonald's n'a pas vocation de nourrir tous les affamés du territoire ! Tout manquement à la procédure citée entraînera une sanction pouvant aller jusqu'au licenciement. » L'employé en question n'a toutefois pas été licencié. L'affichette était signée de la main du responsable et un client a eu le réflexe de la prendre en photo... et de l'envoyer au magazine « 60 Millions de consommateurs » dont il est lecteur. Le rédacteur en chef du magazine a ensuite tweeté l'anecdote et s'est fendu d'un commentaire ironique : « Aider un nécessiteux serait-il passible d'un licenciement ? »

Face à la pluie de moqueries sur les réseaux sociaux, McDonald's France, joint hier, a réagi, expliquant avant tout que « l'affiche avait été rapidement enlevée ». « Après un incident grave impliquant deux sans-abri le soir du 25 juillet devant le restaurant McDonald's de Hyères, le restaurant a affiché des consignes pour prévenir ces incidents et préserver la sécurité de ses clients. Le procédé et la formulation s'étant révélés maladroits, la direction du restaurant a donc fait retirer l'affiche », ajoute ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant