Hybrigenics : résultats prometteurs pour l'inécalcitol

le
0

Hybrigenics annonce des résultats précliniques prometteurs pour l’inécalcitol dans le cancer de la prostate hormono-dépendant

Les résultats précliniques du laboratoire du Pr. Koeffler du Centre Médical Cedars-Sinaï de l’Université de Californie à Los Angeles sont présentés aujourd’hui au 14ème Workshop sur la Vitamine D, à Bruges, en Belgique

Paris, le 8 Octobre 2009 – Hybrigenics (ALHYG), société biopharmaceutique cotée sur Alternext (NYSE-Euronext) à Paris, focalisée dans la recherche et le développement de nouveaux médicaments contre le cancer, et spécialisée dans les interactions entre protéines, annonce aujourd’hui des résultats précliniques qui démontrent le potentiel de l’inécalcitol, qu’il soit utilisé seul ou en association avec un cytotoxique dérivé du platine, pour inhiber la croissance d’une lignée humaine de cellules de cancer de la prostate hormono-dépendant. Ces résultats sont présentés aujourd’hui dans le cadre du 14ème Workshop sur la Vitamine D qui se tient en ce moment à Bruges.


Le Dr. Ryoko Okamoto a démontré que l’inécalcitol est 11 fois plus puissant que le calcitriol, le métabolite naturel actif de la vitamine D, pour inhiber la croissance in vitro d’une lignée humaine de cellules de cancer de la prostate hormono-dépendant appelée LNCaP. Elle a également montré que l’administration de 30 microgrammes d’inécalcitol par souris, trois fois par semaine pendant 11 semaines, est très bien supportée. En revanche, la dose maximale de calcitriol tolérée chez la souris est limitée à 0,0625 microgramme. Ce qui signifie que l’inécalcitol est au moins 480 fois moins toxique que le calcitriol dans les mêmes conditions expérimentales. Le Dr. Okamoto travaille au sein de la Division d’Hématologie et d’Oncologie du Pr. Koeffler au Centre Médical Cedars-Sinaï de la faculté de médecine de l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA).

Dans une autre série d’expérimentations, le Dr. Okamoto a démontré que l’inécalcitol est 25 fois plus puissant in vitro sur la même lignée cellulaire humaine LNCaP, qu’un composé cytotoxique dérivé du platine. Lorsqu’ils sont associés, l’inécalcitol et le dérivé du platine exercent des effets inhibiteurs synergiques in vitro à faibles concentrations. L’inécalcitol et le dérivé du platine ont été ensuite administrés à petites doses non toxiques à des souris ayant reçu une injection de cellules LNCaP : chaque composé testé seul a réduit de moitié la croissance de la tumeur issue des cellules LNCaP au bout de 6 semaines. Administrés ensemble, ils ont induit une diminution statistiquement significative de 65 % de la taille de la tumeur.

« Bien qu’il s’agisse de données préliminaires, ces résultats obtenus par un laboratoire international en pointe dans le domaine de l’application des analogues de la vitamine D dans le cancer sont très prometteurs pour deux raisons : 1) l’inécalcitol peut agir contre le cancer de la prostate hormono-dépendant (et pas seulement contre le cancer de la prostate hormono-résistant, contre lequel il est actuellement développé en association avec la chimiothérapie de référence à base de Taxotere®), et 2) l’inécalcitol pourrait s’avérer actif en association avec les chimiothérapies à base de platine (et pas seulement avec des taxanes comme le Taxotere®), » souligne Rémi Delansorne, le directeur général d’Hybrigenics.

A propos du cancer de la prostate

Le cancer de la prostate est le type de cancer le plus courant chez l’homme. Les derniers chiffres disponibles pour le cancer de la prostate prévoient 192 300 nouveaux cas et 27 400 décès pour 2009 aux Etats-Unis, et ont estimé le nombre de nouveaux cas à 345 900 et à 87 400 le nombre de décès pour l’année 2006 dans toute l’Europe.

Au moment du diagnostic, si le cancer est localisé à la prostate, il peut être définitivement guéri par la chirurgie et/ou la radiothérapie. Si le cancer s’est déjà propagé au-delà de la glande prostatique, des traitements à base de médicaments anti-hormonaux permettent dès le début de le garder sous contrôle à un stade appelé « hormono-dépendant ». Néanmoins, après plusieurs mois ou années, la croissance de la tumeur reprend inexorablement malgré le traitement anti-hormonal : le cancer de la prostate est alors devenu « hormono-résistant », stade pour lequel la chimiothérapie à base de Taxotere® est le traitement de référence. Le marché mondial des médicaments utilisés contre le cancer de la prostate représente plus de 3 milliards de dollars par an, avec une répartition estimée à 75-25 % respectivement entre les stades hormono-dépendant et hormono-résistant.

A propos de l’inécalcitol

L’inécalcitol est un agoniste des récepteurs de la vitamine D actif par voie orale. L’idée à la base de son utilisation thérapeutique consiste à associer son potentiel cytostatique à l’efficacité reconnue des traitements de référence des deux stades du cancer de la prostate : les agents anti-hormonaux (agonistes de la LH-RH et anti-androgènes) pour le stade hormono-dépendant, et la chimiothérapie à base de Taxotere® pour le stade hormono-résistant.

A propos d’Hybrigenics

Hybrigenics (www.hybrigenics.com) est une société biopharmaceutique cotée (ALHYG) sur le marché Alternext (NYSE-Euronext) de Paris, qui focalise ses programmes internes de R&D sur des cibles et des thérapeutiques innovantes contre le cancer. Le programme de développement clinique d'Hybrigenics repose sur l'inécalcitol, un analogue de vitamine D, dans le cancer de la prostate en association avec les traitements de référence actuels, avec pour objectifs d'en améliorer l'efficacité et la tolérance. Le programme de recherche d'Hybrigenics explore le rôle des enzymes appelées Ubiquitin-Specific Proteases (USP) dans la dégradation des onco-protéines et l'intérêt d’inhibiteurs d'USP brevetés dans différents types de cancer.

Par ailleurs, Hybrigenics est le leader mondial de la technologie double-hybride en levure (Y2H, pour « Yeast Two-Hybrid ») et des services associés pour identifier, valider et inhiber les interactions entre protéines. Hybrigenics offre aux chercheurs de tous les secteurs des sciences de la vie des prestations de très haute qualité grâce à sa plateforme Y2H à haut débit certifiée ISO 9001, à ses outils et bases de données bioinformatiques très élaborés, à sa chimiothèque et à sa plateforme de criblage chimique.

***

HYBRIGENICS est cotée sur Alternext by NYSE Euronext

ISIN : FR0004153930

Mnémo : ALHYG

Hybrigenics

Rémi Delansorne

Directeur Général

Tél. : +33 (0)1 58 10 38 00

investors@hybrigenics.com

NewCap.

Communication financière

Axelle Vuillermet / Pierre Laurent

Tél. : +33 (0)1 44 71 94 94

hybrigenics@newcap.fr


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant