Human Rights Watch fustige la NSA, un dangereux modèle

le
0
Human Rights Watch fustige la NSA, un dangereux modèle
Human Rights Watch fustige la NSA, un dangereux modèle

Les Etats-Unis et leur programme de surveillance généralisée sont un exemple dangereux pour les autres pays, à qui ils donnent des prétextes pour censurer les communications en ligne, estime l'ONG de défense des droits de l'homme Human Rights Watch dans son rapport annuel mardi.Le non respect de la vie privée par l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA) donnera l'occasion aux Etats répressifs d'imposer des restrictions sur les libertés d'expression, estime HRW dans ce texte de 667 pages sur les droits de l'Homme dans plus de 90 pays, présenté à Berlin.L'ONG, basée à New York, note que le gouvernement américain dispose d'une "position exceptionnelle pour surveiller les communications mondiales car la plupart des données sur internet circulent sur le territoire américain ou sont relayées par des compagnies américaines". Par conséquent, ils portent une responsabilité particulière pour la sauvegarde des droits des individus. Dans un entretien à l'AFP, le directeur exécutif de HRW, Kenneth Roth, a déclaré que des pays, tels que la Chine, la Russie et l'Inde prenaient exemple sur la NSA pour empiéter sur le respect de la vie privée des individus. "Pour le meilleur et pour le pire, le gouvernement américain donne le ton en ce qui concerne le respect de la vie privée et de la liberté sur internet", a-t-il souligné."L'une des réactions à la surveillance organisée par la NSA, c'est que beaucoup de pays vont créer des internets nationaux, ils vont forcer les groupes de ce secteur à maintenir les données de leurs utilisateurs dans leur pays", a-t-il ajouté."Cela va leurs permettre de contrôler beaucoup plus facilement qui dit quoi sur la toile et censurer les personnes trop critiques", a-t-il poursuivi.Son organisation a choisi Berlin pour présenter son rapport annuel car l'Allemagne fut l'un des pays concernés par les révélations d'Edward Snowden, avec notamment la mise sur écoute ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant