Hulk marche sur Lyon

le
0
Hulk marche sur Lyon
Hulk marche sur Lyon

Lyon a dominé, Lyon a tenté, mais Hulk s'est réveillé. Une fois, deux fois, et Lyon peut dire au revoir à ses rêves de Ligue des champions printanière dans son nouveau stade. Implacable.

Lyon 0-2 Zenith St Petersbourg

Buts : Dzyuba (25e, 57e)

Trois pas. C'est ce qu'il aura fallu à Hulk pour sortir l'Olympique Lyonnais de la Ligue des champions. Après sa frappe de mule à l'aller, le Brésilien a explosé la défense lyonnaise à Gerland. Au cœur d'une première mi-temps outrageusement dominée par l'OL, le monstre du Zénith a déposé deux joueurs en trois pas pour offrir à Dzyuba une ouverture du score fatale aux Lyonnais. Sa récidive en 2e mi-temps n'aura été qu'une confirmation de l'impression dégagée par l'équipe d'Hubert Fournier : la classe biberon est encore trop tendre pour jouer dans la cour des grands. Objectif Europa League pour les garçons d'Aulas.

One love et pelletée d'occasions


Les supporters ont beau invoquer Bob Marley pour déclarer leur One Love à l'équipe, les joueurs lyonnais attaquent la rencontre sous speed. A gauche d'abord, sans que les centres de Bedimo ne soient couronnés de succès. Puis à droite, avec plus de justesse technique entre Lacazette et Jallet, mais sans plus de réussite. Le team OL tente de mettre de la vitesse dans le premier quart d'heure, à défaut de fluidité dans ses déplacements. Darder joue proprement, Valbuena commence son match, Witsel encaisse un premier carton à la 19e. Coup franc, corner, contre, Hulk lancé face à la défense lyonnaise. Probablement échaudé par le match aller, Yanga-Mbiwa oublie Danny à droite et oblige Lopes à une excellente sortie dans les pieds du capitaine. Dans la foulée, Lacazette, Bedimo puis Gonalons s'essaient à la frappe pour le même résultat : nul. Après 25 minutes de jeu, le 0-0 est surprenant tant les actions s'enchaînent. Alors, Hulk, qui préfère surprendre qu'être surpris, dépose Bedimo et Umtiti et offre un centre en retrait parfait à Dzyuba qui ne se prive pas de glacer Gerland.

Les locaux ont le mérite de ne pas se décourager et repartent à l'attaque sans temps mort. Sauf que ni Tolisso, au ras du poteau, ni Yanga-Mbiwa, défenseur surpris, ne parviennent à leurs fins. Gonalons, lui, ne rate pas Witsel, mais manquera La Gantoise pour un carton de trop. Derrière, la rengaine reste la même : Bedimo…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant