Huitième journée nationale d'action contre le projet de loi travail

le
1
Manifestation intersyndicale contre la loi travail à Marseile le 17 mai.
Manifestation intersyndicale contre la loi travail à Marseile le 17 mai.

Défilés, blocages, perturbations et grèves : les opposants au texte multiplient les actions, jeudi, pour tenter de faire vaciller la détermination du gouvernement.

L’intersyndicale l’intersyndicale CGT-FO-Solidaires-FSU-UNEF-FIDL-UNL a appelé à une huitème journée de mobilisation nationale contre le projet de loi travail porté par le gouvernement, jeudi 26 mai. Une neuvième est déjà programmée pour le 14 juin, avec un rassemblement unique à Paris.

Défilés dans la capitale et en province, sites pétroliers bloqués ou à l’arrêt, perturbations attendues dans les ports et les centrales électriques, grèves dans les transports : les opposants au texte multiplient les actions, jeudi, pour tenter de faire vaciller la détermination du gouverment. La parution des quotidiens est également perturbée.

Le mouvement s’est encore durci mercredi, poussant l’exécutif à prendre des mesures exceptionnelles face au risque de paralysie du pays, comme des ponctions dans les réserves stratégiques de carburant et des interventions musclées pour débloquer des dépôts.

« La CGT ne fait pas la loi dans le pays », a lancé aux députés le premier ministre Manuel Valls. Le chef du gouvernement a assuré qu’il n’y aurait pas de « retrait » du projet de loi de la ministre Myriam El Khomri, portant sur une réforme du code du travail et se targuant notamment du soutien de la CFDT. Le leader de la CGT, Philippe Martinez, a appelé de son côté à « une généralisation de la grève ».

Le point sur les actions prévues jeudi :

Manifestations La CGT, FO, Solidaires, la FSU, l’UNEF, la FIDL et l’UNL ont appelé à manifester. Alors que le mouvement semblait s’essouffler depuis...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pylenoir il y a 8 mois

    SCANDALEUX ! la CGT s'est crue revenue au bon temps du marxiste stalinien ou en Chine ou en Corée du nord : il a commis un chantage inadmissible : la presse doit publier une pleine page de du discours de son secrétaire général Martinez faute de quoi la CGT du livre bloquera la distribution des journaux. Qques journalistes se sont offusqués et des journaux courageux ont refusé et ne sont pas distribués. La démocratie de la CGT c'est une dictature.