Huit mises en examen dans l'enquête sur le réseau de blanchiment

le
1
HUIT NOUVELLES MISES EN EXAMEN DANS L'ENQUÊTE SUR LE RÉSEAU DE BLANCHIMENT
HUIT NOUVELLES MISES EN EXAMEN DANS L'ENQUÊTE SUR LE RÉSEAU DE BLANCHIMENT

PARIS (Reuters) - Huit personnes ont été mises en examen samedi soir, dont six ont été écrouées, pour importation et trafic de stupéfiants dans le cadre de l'enquête sur le démantèlement d'un vaste réseau de blanchiment d'argent de la drogue, a-t-on appris dimanche de source judiciaire.

Au total, 17 personnes sont mises en examen dans cette affaire, dont une élue parisienne d'Europe Ecologie-Les Verts, qui a nié samedi toute implication.

Le parquet de Paris avait annoncé mercredi leur interpellation en France ainsi que celle de trois autres personnes en Suisse lors d'une opération contre un réseau de blanchiment lié à un trafic de cannabis entre le Maroc, l'Espagne et la région parisienne.

En France, plus d'un million d'euros en espèces ont été saisis ainsi que deux photos d'art d'une valeur d'un million d'euros, six lingots d'or, des pistolets automatiques, des gilets pare-balles et des machines à compter les billets.

En Suisse, les enquêteurs ont mis la main sur un million de francs suisses, 160 montres de collection d'une valeur de 2 à 3 millions de francs suisses et "une quantité importante de bijoux de luxe".

Les personnes interpellées en France sont des membres du réseau de trafic de drogue, des blanchisseurs et des clients bénéficiaires de remises d'argent en espèces.

L'enquête a fait apparaître que le réseau avait importé plus de huit tonnes de cannabis, d'une valeur de 40 millions d'euros à la revente, le produit des ventes étant injecté dans un circuit complexe de blanchiment.

HÉRITAGE FAMILIAL

Adjointe au maire du XIIIe arrondissement, Florence Lamblin, a été mise en examen dans cette affaire pour "blanchiment en bande organisée et association de malfaiteurs" après la saisie de 350.000 euros dans des coffres lui appartenant.

Son avocat, Jérôme Boursican, a déclaré qu'elle contestait les accusations et que les sommes découvertes relevaient d'un héritage familial qu'elle a fait rapatrier de Suisse via un intermédiaire.

"Si on devait lui reprocher quelque chose, ce serait tout au plus le fait de ne pas avoir déclaré ces 350.000 euros au fisc", a-t-il dit au Parisien.

Florence Lamblin a démissionné de ses fonctions d'adjointe du XIIIe à la demande du maire de Paris, Bertrand Delanoë, l'affaire ayant déclenché une polémique avec l'opposition de droite.

"Même si ce n'était que cela, c'est quand même sérieux", a dit Bertrand Delanoë sur Radio J en réaction à l'aveu d'évasion fiscale présumée concédé par l'avocat.

"Je suis satisfait qu'elle ait quitté ses fonctions d'adjointe au maire d'arrondissement parce ce n'est pas très compatible avec le fait de supporter des accusations aussi graves."

A la question de savoir si Florence Lamblin devait aussi renoncer à son mandat d'élu municipal, Bertrand Delanoë a répondu : "Elle doit se poser la question (...) moi je pense que les élus du suffrage universel ne doivent pas être des personnes qui ont pu commettre des actes aussi répréhensibles."

Yann Le Guernigou, édité par Jean-Stéphane Brosse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le dimanche 14 oct 2012 à 14:00

    Pas responsable et pas coupable..Cela sera le verdict des Juges..Le pari est tenu...En Espagne dans des cas comme celui-ci la Police Financièer creuse les murs qui parfois cachent des Millions d'€uros....