Huit civils tués dans des frappes aériennes au Yémen-médecin

le
0

(Ajoute commentaire de l'Arabie saoudite, nomination d'un vice-président) ADEN, Yémen, 12 avril (Reuters) - Les frappes aériennes de la coalition menée par l'Arabie saoudite au Yémen ont tué huit civils dimanche dans la ville de Taiz, dans le centre du pays, apprend-on de source médicale. Les bombardements visaient un site tenu par des militaires restés fidèles à l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh, qui ont rejoint les Houthis chiites alliés à l'Iran contre les milices du sud du pays, explique-t-on. Selon les Nations unies, le conflit au Yémen a fait quelque 600 morts depuis l'intervention aérienne de l'Arabie saoudite et ses alliés dans la dernière semaine de mars. Le royaume wahhabite a rejeté un appel au cessez-le-feu et au dialogue lancé jeudi par le président iranien Hassan Rohani lors d'une allocution télévisée. "Comment l'Iran peut-elle nous demander de cesser les combats au Yémen ?" a déclaré le ministre saoudien des Affaires étrangères Saoud al Faiçal lors d'une conférence de presse à Ryad avec son homologue français Laurent Fabius. "Nous sommes venus au Yémen pour aider l'autorité légitime, et l'Iran n'est pas en charge du Yémen", a-t-il dit. Réfugié en Arabie saoudite, le président Abd-Rabbou Mansour Hadi a nommé dimanche son ancien Premier ministre Khaled Bahah au poste de vice-président. Il s'agirait, selon un de ses conseillers, de favoriser "une solution politique dans le cadre des efforts visant à relancer le dialogue politique parrainé par les Nations unies". (Mohammed Mukhachaf; Danielle Rouquié et Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant