Huit ans de prison pour une mort sans cadavre

le
0

STRASBOURG (Reuters) - Une jeune femme et son compagnon accusés d'avoir tué un voisin retraité à Moyenmoutier (Vosges) et d'avoir fait disparaître son corps ont été condamnés vendredi à des peines de huit ans et trois ans de prison par la cour d'assises d'Epinal, a-t-on appris auprès d'un avocat de la défense.

Les jurés ont écarté l'accusation d'assassinat pour laquelle comparaissaient Maud Tellier, 32 ans, et Olivier Benoît, 39 ans, pour ne retenir que des coups et blessures ayant entraîné la mort à l'encontre de la jeune femme, qui est la plus lourdement condamnée.

L'avocat général avait lui-même invité la cour à écarter l'hypothèse d'un crime crapuleux et à accepter la version de Maud Tellier qui aurait tué Robert Pichon alors qu'il tentait de l'agresser sexuellement, une thèse compatible avec les antécédents du retraité.

Me Liliane Glock, avocate de la jeune femme, s'est dite "humainement satisfaite" du verdict, qui devrait permettre à sa cliente de sortir rapidement de prison, mais "particulièrement étonnée" que les jurés n'aient pas retenu à son bénéfice la légitime défense.

"Cela veut dire qu'une femme qui est victime d'une agression sexuelle n'a pas le droit de se défendre", a-t-elle dit à Reuters.

Olivier Benoît, qui a déjà plusieurs condamnations délictuelles sur son casier judiciaire, est condamné pour des faits d'escroquerie connexes à l'affaire.

Les jeunes gens s'étaient dénoncés d'eux-mêmes à la gendarmerie, un mois et demi après la mort de Robert Pichon survenue le 26 septembre 2007.

En découvrant les faits, Olivier Benoît aurait, selon ses dires, décidé de brûler le corps et de répandre les cendres dans la Moselle. Aucune trace du cadavre n'a été retrouvée.

(Gilbert Reilhac, édité par Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant