Huawei "soutient" le PC chinois mais n'espionne personne, selon son PDG

le
0
Huawei "soutient" le PC chinois mais n'espionne personne, selon son PDG
Huawei "soutient" le PC chinois mais n'espionne personne, selon son PDG

Le controversé géant chinois des télécoms Huawei "soutient le Parti communiste" et "aime" la Chine, mais n'a "jamais été chargé" d'espionner d'autres pays, a affirmé jeudi son fondateur et patron Ren Zhengfei lors d'une rare intervention publique."Nous sommes une entreprise chinoise, nous soutenons assurément le Parti communiste chinois (PCC), nous aimons notre pays", a indiqué M. Ren, s'exprimant à Davos (Suisse) au Forum économique mondial."Cela dit, nous ne compromettrons certainement pas les intérêts d'aucun autre pays ou gouvernement, nous respectons à la lettre les lois et réglementations de tous les pays où nous opérons", a-t-il aussitôt ajouté.Interrogé sur un éventuel usage des équipements de Huawei pour accéder frauduleusement à des systèmes d'information américains, le PDG s'est fait tranchant: "Nous n'avons jamais reçu de demande pareille du gouvernement chinois!", a-t-il insisté, assurant que Huawei n'avait de toute façon par les capacités nécessaires pour le faire.Fondé en 1987 par M. Ren, ancien ingénieur de l'Armée populaire de libération, Huawei est devenu le numéro deux mondial des équipements en télécommunications, non sans de vives controverses sur ses liens présumés avec les autorités chinoises.Le groupe s'est ainsi vu interdire l'accès à des projets d'infrastructures aux Etats-Unis et en Australie pour des raisons invoquées de sécurité, sur fond de crainte que ses équipements soient utilisés pour de l'espionnage ou des attaques informatiques --ce que Huawei a toujours démenti vigoureusement--.Mais alors qu'on lui demandait jeudi si l'entreprise avait aujourd'hui des relations avec l'armée ou le gouvernement, M. Ren n'a pas explicitement répondu par la négative."Les gens en dehors de Huawei peuvent se dire qu'il y a en coulisse des raisons très spéciales expliquant notre succès (...) Il y a beaucoup d'idées fausses sur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant