HSBC revoit ses ambitions en baisse

le
0
La première banque européenne, qui visait une rentabilité des fonds propres de 15 % à 19 %, n'espère plus «que» 12 % à 15 % sur le moyen terme. Elle a tout de même atteint 13,2 milliards de dollars de bénéfices l'an dernier.

La rentabilité des banques n'est plus ce qu'elle était. Même HSBC, le géant bancaire qui tire les trois quarts de ses profits des zones du monde à forte croissance, a dû revoir à la baisse ses ambitions. Alors que la première banque européenne visait jusque-là un rendement de 15 % à 19 % de ses fonds propres sur moyenne période, elle attend désormais plutôt 12 % à 15 %.

Par construction, en effet, plus les régulateurs demandent aux banques d'épaissir les coussins de sécurité que représentent capitaux propres et actifs liquides, plus leur rentabilité s'érode. Pour Stuart Gulliver, qui a remplacé le directeur général Michael Geoghean au début de l'année, ces objectifs plus modestes tiennent compte également d'une reprise économique qui s'annonce «instable et inégale ». Ces perspectives ont déçu la City : le cours de Bourse de HSBC a plongé, lundi, de près de 5 %.

Si HSBC est la banque britannique qui a le mieux traversé la crise, le groupe a bü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant