HSBC manque le consensus en 2015, prudent pour 2016

le
0
HSBC MANQUE LE CONSENSUS, PRUDENT POUR 2016
HSBC MANQUE LE CONSENSUS, PRUDENT POUR 2016

HONG KONG (Reuters) - HSBC a annoncé lundi entrevoir un environnement financier encore difficile en 2016 après une année 2015 qui s'est soldée par un bénéfice imposable inférieur aux attentes, sur fond de ralentissement de la croissance en Chine et de chute des cours des matières premières.

Le groupe bancaire britannique a fait état d'un résultat avant impôt de 18,87 milliards de dollars (17 milliards d'euros) pour 2015, contre 18,7 milliards en 2014, alors que les analystes prévoyaient en moyenne 21,8 milliards, selon le consensus établi par Thomson Reuters.

Sur le seul quatrième trimestre, la première banque européenne a accusé une perte surprise de 858 millions de dollars du fait de dépréciations, de frais de litige, de coûts de restructuration et de la cession de ses activités au Brésil.

Dans son communiqué, HSBC dit s'en tenir à son plan stratégique dévoilé en juin et centré sur de nouveaux projets d'expansion en Chine, mais le président Douglas Flint reconnaît que le ralentissement de la croissance de la deuxième économie mondiale complique la donne.

"Le ralentissement de la croissance économique de la Chine contribuera sans aucun doute à un environnement financier plus difficile, mais elle devrait continuer néanmoins d'apporter la plus forte contribution à la croissance mondiale alors qu'elle réalise une transition vers une économie davantage tirée par la consommation, avec une industrie et des services à plus forte valeur ajoutée", explique-t-il.

L'an dernier, HSBC a réalisé 83,5% de son bénéfice avant impôt en Asie, une proportion en hausse par rapport à 2014 et qui témoigne de l'importance de la région pour la banque qui a récemment choisi malgré tout de conserver son siège à Londres.

HSBC a proposé une majoration d'un cent de son dividende 2015, à 50 cents, rassurant ainsi les investisseurs qui craignaient de voir le groupe abandonner son objectif d'une croissance modérée du dividende.

HSBC, qui entend réduire ses coûts de 4,5 à cinq milliards de dollars, a précisé dans son rapport annuel que la rémunération totale de son directeur général, Stuart Gulliver, était passée de 7,62 millions de livres en 2014 à 7,34 millions (9,4 millions euros) en 2015, du fait d'une baisse de 10,6%, à 3,04 milliards de livres, de la part variable de sa paie.

(Lisa Jucca, avec Denny Thomas, Véronique Tison pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant