HSBC livre un résultat du 1er semestre inférieur aux attentes

le
0
LE RÉSULTAT DE HSBC SOUS LE CONSENSUS AU 1ER SEMESTRE
LE RÉSULTAT DE HSBC SOUS LE CONSENSUS AU 1ER SEMESTRE

par Steve Slater

LONDRES (Reuters) - HSBC a fait état lundi d'une hausse moins marquée que prévu de son résultat semestriel, le programme de baisse des coûts lancé il y a trois ans n'ayant pas réussi à compenser un recul des revenus de la banque britannique, dont le titre chutait de plus de 4% en fin de matinée.

Vers 09h55 GMT, l'action HSBC, qui évoluait en très légère hausse avant la publication des résultats à 08h15 GMT, reculait de 4,2% à 723,05 pence à la Bourse de Londres, accusant ainsi l'une des plus fortes baisses de l'indice FTSEurofirst 300.

Malgré ce repli, l'action, qui avait atteint vendredi en séance un pic de plus de deux mois, était encore en hausse de près de 12% depuis le début de l'année contre une progression de 10% pour l'indice sectoriel européen.

HSBC, la première banque en Europe en termes de capitalisation boursière, a dégagé sur les six premiers mois de l'année un bénéfice imposable de 14,1 milliards de dollars (10,6 milliards d'euros) contre 12,7 milliards il y a un an et un consensus Reuters de 14,6 milliards.

Ce résultat inférieur aux attentes est surtout le fait d'un recul de 7% du produit net bancaire (PNB), à 34,4 milliards de dollars, qui s'explique par l'atonie de la croissance en Europe de l'Ouest, un ralentissement de la croissance en Chine et en Asie et par le coût induit des nouvelles réglementations.

En mai, la banque avait dit qu'elle pourrait supprimer 14.000 postes supplémentaires dans le cadre de la prochaine phase d'un plan qui vise à dégager jusqu'à trois milliards de dollars (2,33 milliards d'euros) par an d'économies, en plus de ce qui était déjà prévu.

Cela voudrait dire que les effectifs de la banque pourraient reculer à 240.000-250.000 personnes d'ici 2016.

Dans ses résultats annuels publiés le 7 mai, HSBC estimait ses effectifs à 254.000 personnes après la finalisation des cessions d'actifs en cours, soit une baisse de 46.000 depuis la prise de fonction de Stuart Gulliver début 2011.

CESSIONS DE PORTEFEUILLES AUX ÉTATS-UNIS

Cité dans un communiqué, ce dernier a estimé que l'augmentation des résultats constatée au premier semestre était "la preuve" la banque avait continué à avancer dans "la mise en oeuvre de sa stratégie".

Lors d'une conférence téléphonique, Stuart Gulliver a déclaré que HSBC devrait continuer de céder des portefeuilles de prêts aux Etats-Unis, où le total en la matière était de 36 milliards de dollars à fin juin, soit 10 de moins par rapport à il y a un an.

"Nous travaillons sur un certain nombre de transactions", a souligné le directeur général de HSBC, dernière des grandes banques britanniques à publier des comptes intermédiaires.

Vendredi, Royal Bank of Scotland a nommé un nouveau directeur général et annoncé un retour au bénéfice pour les six premiers mois de l'année.

Les résultats de Barclays ont été éclipsés par l'appel au marché annoncé à cette occasion par l'établissement alors que Lloyds a agréablement surpris les investisseurs en faisant état d'une possible reprise du versement d'un dividende.

HSBC a annoncé le versement d'un dividende au titre du deuxième trimestre de 0,10 dollar par action, ce qui porte le total pour le premier semestre à 0,20 dollar, soit une hausse de 11% par rapport aux six premiers mois de 2012.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Véronique Tison

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant