HSBC a cédé sa part dans Ping An pour 7,16 milliards d'euros

le
0
HSBC A CÉDÉ SA PART DANS PING AN POUR 7,16 MILLIARDS D'EUROS
HSBC A CÉDÉ SA PART DANS PING AN POUR 7,16 MILLIARDS D'EUROS

Correction du montant en dollars au 2e paragraphe.

par Kelvin Soh et Denny Thomas

LONDRES (Reuters) - HSBC a annoncé mercredi la cession de sa participation dans l'assureur chinois Ping An Insurance à une société contrôlée par l'homme le plus riche de Thaïlande, pour un peu plus de sept milliards d'euros.

La banque a vendu ses 15,6% dans Ping An à une filiale de Charoen Pokphand Group (CP Group), contrôlé par Dhanin Chearavanont, pour un montant de 72,736 milliards de dollars de Hong Kong (7,16 milliards d'euros).

Elle estime à environ 2,68 milliards de dollars (2,04 milliards d'euros) la plus-value réalisée à l'issue de cette opération, qui s'inscrit dans le cadre d'un plan de cessions d'actifs destiné à renforcer son bilan.

Ce désengagement devrait renforcer d'environ 0,5 point le ratio de fonds propres "core Tier 1" du groupe, précise HSBC dans un communiqué.

HSBC avait déjà vendu pour environ 5,1 milliards d'euros d'actifs selon les données Thomson Reuters, parmi lesquels ses activités d'assurance non vie et des agences dans des pays comme la Thaïlande ou les Etats-Unis.

HSBC explique que le financement sera assuré en partie par la banque publique chinoise China Development Bank.

Dhanin Chearavanont, 73 ans, dont le patrimoine personnel est estimé à neuf milliards de dollars (6,8 milliards d'euros) par le magazine américain Forbes, a bâti sa fortune dans le domaine de l'agroalimentaire et il détient déjà d'importants investissements en Chine dans des secteurs allant de l'agriculture à la distribution en passant par l'automobile.

Mais l'assurance reste un marché neuf pour CP Group, qui a vendu en mai ses parts dans une coentreprise avec l'allemand Allianz pour environ 7,5 millions d'euros.

CP Group n'a pu être joint mercredi pour commenter l'opération, la journée étant fériée en Thaïlande.

Pour Olive Xia, analyste de Core Pacific-Yamaichi Securities à Shanghai, le fait que la China Development Bank cofinance l'opération montre que celle-ci a reçu l'aval de Pékin.

Par son montant, l'accord entre HSBC et CP Group se classe au deuxième rang des plus importantes fusions-acquisitions (M&A) conclues cette année en Asie.

Il confirme en outre la montée en puissance de la Thaïlande sur le marché des M&A, favorisée par l'essor de son marché boursier (en hausse de près de 30% depuis début janvier) et par la fortune de plusieurs magnats des affaires.

Au total, les M&A thaïlandaises ont atteint 18,7 milliards de dollars cette année, un montant supérieur à la somme de ceux enregistrés en 2010 et 2011, selon les données Thomson Reuters.

L'action HSBC gagnait 0,79% à 641,2 pence à 8h30 GMT. A Hong Kong, le titre Ping An a fini en hausse de 4,94% à 60,50 dollars.

Juliette Rouillon et Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant