HRW réclame le bannissement de certaines milices de Mossoul

le
0
    BAGDAD, 31 juillet (Reuters) - L'état-major irakien devrait 
interdire à certaines milices connues pour leurs abus de prendre 
part à l'offensive prévue sur Mossoul, a déclaré dimanche l'ONG 
de défense des droits de l'homme Human Rights Watch (HRW). 
    "Les commandants irakiens ne doivent pas prendre le risque 
d'exposer les civils de Mossoul à de graves préjudices de la 
part de milices ayant commis de récents abus", a déclaré Joe 
Stork, directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient.  
    Les autorités espèrent reconquérir cette année la deuxième 
ville d'Irak, prise par l'organisation Etat islamique en juin 
2014, en mobilisant l'armée, la police, les unités 
antiterroristes avec le soutien aérien de la coalition conduite 
par les Etats-Unis.  
    Le rôle des peshmergas, les combattants kurdes, ainsi que 
des Forces de mobilisation populaire, les milices chiites, n'a 
pas encore été assigné. Ils pourraient participer à la bataille 
mais en restant confinés à la périphérie de la ville, déclarent 
des responsables irakiens.  
    Plusieurs milices chiites ont été accusées d'exécutions 
sommaires et d'autres crimes lors de la prise de Falloudja à 
l'EI en mai-juin derniers.  
    Les chefs de milices estiment de leur côté que les forces de 
sécurité irakiennes n'ont pas encore de capacités suffisantes 
pour reprendre à elles seules la ville à majorité sunnite.  
 
 (Stephen Kalin; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant