Hôtellerie: Booking.com assigné en justice, clauses tarifaires illégales dénoncées

le
0
Hôtellerie: Booking.com assigné en justice, clauses tarifaires illégales dénoncées
Hôtellerie: Booking.com assigné en justice, clauses tarifaires illégales dénoncées

Les agences de réservation d'hôtels en ligne sont de nouveau dans le collimateur du gouvernement qui a assigné en justice Booking.com, dénonçant, comme pour Expedia en novembre, l'illégalité de clauses tarifaires appliquées aux hôteliers.Booking, société enregistrée aux Pays-Bas et filiale du groupe américain PriceLine, devra répondre de ses actes dans les mois à venir devant le tribunal de commerce de Paris.Le ministre de l'Economie Arnaud Montebourg a en effet annoncé mardi soir son assignation en justice. Objectif: "mettre fin aux déséquilibres constatés dans les relations entre les centrales de réservation de prestations hôtelières du groupe et les établissements hôteliers"."Les clauses figurant dans les contrats de Booking interdisent notamment aux hôteliers de proposer directement aux consommateurs des tarifs plus attractifs que ceux qu?il propose sur son site", explique le ministère de l'Economie dans un communiqué.Conséquences? Cette "clause dite de +parité tarifaire+ empêche les hôteliers de consentir des réductions aux clients qui les contactent directement. Ils perdent ainsi une opportunité de concurrencer Booking et de reprendre le contrôle de la relation avec le client. Cela nuit à la fois à la compétitivité du secteur hôtelier, qui est privé d?une possibilité de s?affranchir des commissions versées à Booking, et aux consommateurs, qui ne peuvent pas faire jouer la concurrence entre les différents canaux de distribution et obtenir ainsi de meilleurs tarifs", déplore Bercy.En réponse à ces accusations, Booking a affirmé mercredi respecter "les règles commerciales en vigueur", ajoutant que "la relation entre Booking.com et ses établissements partenaires est basée sur une relation de confiance mutuelle".Pour Booking, pas de doute: "la démarche entreprise par le ministère de l'Economie (...) est par conséquent une occasion de démontrer de manière ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant