Hôtel Murano : le «tabou» DSK

le
0
L'établissement 4-étoiles du boulevard du Temple (IIIe arrondissement de Paris) ne semble pas souffrir de l'enquête sur l'affaire de proxénétisme qui éclabousse l'ancien patron du FMI.

«Ça ne regarde que nous», indique agacée, la direction de l'hôtel Murano (IIIe ), lorsqu'elle est interrogée sur l'affaire de proxénétisme dans laquelle elle est citée. Si elle reconnaît que Dominique Strauss-Kahn a bien été client de l'hôtel et qu'il a eu accès aux salons privés, sorte de «chambres transformées en salle de réunion», elle se refuse à tout autre commentaire, «confidentialité» oblige. Conséquence de cette affaire ou non, le directeur des lieux a démissionné vendredi dernier. Jusqu'au 8 décembre, personne ne dirige donc officiellement l'établissement. Un recrutement est en cours.

Du côté du personnel, l'affaire DSK est, en revanche, prise bien plus à la légère. «On a reçu pour consigne de ne pas en parler, c'est un sujet tabou ici. Mais franchement, on s'en fiche», reconnaît l'un des salariés de ce quatre-étoiles, qui assure n'avoir jamais vu l'ancien patron du FMI. Ce soir-là, il n'y a pas foule au 13, boulevard du Temple: seul

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant