Hosni Moubarak plaide non coupable

le
0
Transporté sur une civière jusque dans la salle d'audience au Caire, le raïs égyptien risque la peine capitale.

Au Caire

Contre toute attente, Hosni Moubarak, transporté en hélicoptère de Charm-el-Cheikh, a assisté mercredi à l'ouverture de son procès. L'image était forte, presque dérangeante: Hosni Moubarak allongé sur un lit d'hôpital, le visage amaigri, les yeux hagards, et entouré de ses deux fils, Alaa et Gamal, vêtus de la tenue blanche des prisonniers. Tous derrière les barreaux de la cage qui sert de boxe des accusés en Égypte. «Je n'aurais jamais pensé voir ça de mon vivant», s'exclame Omar, un étudiant en informatique qui a participé à la révolution à partir du 28 janvier. Pour sa génération, le procès Moubarak restera probablement un souvenir marquant, une étape dans un parcours politique.

Pour l'instant, beaucoup ont encore du mal à réaliser que l'homme qui a régné sur le plus grand pays arabe pendant vingt-neuf ans est bien ce vieillard alité qui rejette en bloc, d'un souffle, tout ce qui lui est reproché. «Je démens toutes ces accusations,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant