Hosni Moubarak, le pharaon déchu

le
0
PORTRAIT - Le sucesseur de Sadate a régné pendant près de trente ans sur l'Égypte mais il n'a pas vu venir le réveil d'un peuple qu'on disait passif.

Dans une région où le succès d'un homme politique se mesure au nombre d'années de pouvoir, Hosni Moubarak pouvait considérer son parcours avec satisfaction. Jusqu'à ce jour de février 2011 où il a été chassé par l'histoire. Détenteur du record de longévité des présidents égyptiens, il avait accédé à la magistrature suprême à la suite d'une catastrophe, l'assassinat d'Anouar el-Sadate, le 6 octobre 1981, par un commando islamiste. La rupture de style fut complète. Ses deux prédécesseurs irradiaient le charme. Les Égyptiens surnommaient Moubarak «la Vache qui rit» à cause de sa ressemblance supposée avec l'emblème de ce fromage populaire au Proche-Orient. Mais au fond, le peuple et la classe dirigeante se sentirent rassurés. Après le flamboyant Nasser et l'imprévisible Sadate, les Égyptiens étaient fatigués des héros.

Hosni Moubarak en 2010, à Washington.
Hosni Moubarak en 2010, à Washington. Crédits photo : CHRIS KLEPONIS/AFP

Le nouveau raïs incarne cette normalité. «Moubar

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant