Hortefeux soutient Copé pour la présidence de l'UMP

le
0
BRICE HORTEFEUX SOUTIENT JEAN-FRANÇOIS COPÉ POUR LA PRÉSIDENCE DE L'UMP
BRICE HORTEFEUX SOUTIENT JEAN-FRANÇOIS COPÉ POUR LA PRÉSIDENCE DE L'UMP

PARIS (Reuters) - Brice Hortefeux, ancien ministre de l'Intérieur et proche de Nicolas Sarkozy, annonce qu'il soutiendra Jean-François Copé, opposé dans la course à la présidence de l'UMP à l'ancien Premier ministre François Fillon.

"Par amitié et par loyauté, je soutiens Jean-François Copé", déclare Brice Hortefeux dans une interview à paraître dans le Journal du Dimanche, tout en ne cachant pas que son choix fut délicat.

"À l'évidence, ce choix est très difficile car j'ai travaillé pendant quatre ans en totale confiance avec François Fillon qui est sérieux, déterminé, expérimenté. Simultanément, j'ai été très sensible à l'engagement de Jean-François Copé dans la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy et peux mesurer chaque jour sa combativité, sa capacité de résistance et son énergie", dit-il en préambule.

"Mais je crois aussi à la valeur des sentiments en politique. Et donc, par amitié et par loyauté, je soutiens Jean-François Copé", explique ce "sarkozyste historique".

"Cette décision est purement personnelle et n'implique naturellement en rien Nicolas Sarkozy", souligne-t-il.

Jean-François Copé, l'actuel secrétaire général de l'UMP, accuse un handicap sur son adversaire dans les sondages et en matière de soutiens pour l'élection interne des 18 et 25 novembre. Il croit pourtant en ses chances de "candidat des militants" face au "candidat des barons".

Il a reçu vendredi le soutien de Henri Guaino, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et de l'ancien Premier ministre Dominique de Villepin.

Loyal à François Fillon avec lequel il a apprécié collaborer durant son mandat à Matignon, Brice Hortefeux a fait connaitre son choix tardivement, tiraillé qu'il était entre son souci de l'unité et son amitié pour Jean-François Copé.

"J'observe surtout que la première exigence des militants est celle de l'unité. Donc je le dis fortement car les premiers gestes impriment la marque : le président élu de l'UMP aura la responsabilité et le devoir immédiat de rassembler et de tendre la main. Son autorité est à ce prix, et ce sera la clé de son succès", indique à ce sujet l'ancien ministre de l'Intérieur.

Pascal Liétout pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant