Hôpital : quand les urgentistes se forment au self-défense

le
7
Face à la hausse des agressions, les services des urgences se forment au self-défense.
Face à la hausse des agressions, les services des urgences se forment au self-défense.

Face à la hausse des agressions dans les hôpitaux, les mots ne suffisent plus toujours à calmer les patients énervés. Pour éviter de répondre à la violence par la violence, certains établissements de santé investissent dans des formations de self-défense. Le but ? Apprendre à parer les coups et à rester maître de la situation quoiqu'il advienne. Infirmier "à une époque où il faisait encore bon travailler à l'hôpital", Alain Perrier est aujourd'hui à la tête de Scope Santé Sécurité, une société qui propose des cours d'auto-défense spécifiquement conçus pour le milieu hospitalier.

"Nous recevons de plus en plus de demandes", affirme-t-il. Celles-ci ne viennent pas de la "hiérarchie", mais des membres du personnel, placés en première ligne. Du coup, la plupart des devis n'aboutissent pas. "Le sujet est encore tabou", dit-il, déçu. La crainte que les urgences ne se transforment en "ring de boxe" est grande. Malgré tout, en toute discrétion, des hôpitaux font appel aux services d'Alain Perrier. "Un hôpital militaire du centre de Paris s'est rapproché de nous", se plaît-il à raconter. Impossible d'en savoir plus. Coût de la formation ? 1 000 euros par jour pour un groupe de dix personnes. Comptez entre 3 et 5 jours de formation minimum.

"Éviter les bleus"

Alain Perrier n'est pourtant pas l'inventeur du self-défense à l'hôpital. Sa paternité revient à Dominique Grouille, un praticien hospitalier en poste à Limoges. En...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le vendredi 11 oct 2013 à 20:07

    Mais l'immigration n'a aucune éducation, ni de près, ni de loin. Il faut quand même y penser, l'hôpital doit se défendre avant de soigner. C'est quoi ce b*o*r*d*e**l ?

  • docteur7 le vendredi 11 oct 2013 à 15:01

    Ce n'est pas n problème d'immigration, ce serait trop facile, mais un problème d'éducation. Les gens pensent que la file d'attente aux urgences suit la même règle que chez le médecin et ne comprennent pas qu'ils sont rangés par ordre d'urgence précisemment. En outre, au moindre bobo, ils vont aux urgences, et pas chez leur toubib. Après, tout s'enchaîne ...

  • nebraska le vendredi 11 oct 2013 à 14:04

    GAG ???? "Pour éviter de répondre à la violence par la violence, certains établissements de santé investissent dans des formations de self-défense"

  • M1531771 le vendredi 11 oct 2013 à 13:46

    On croit rêver....!!! QUi ose dire encore que l'immigration est une "chance pour la France" ? Qui ose le dire ?

  • s.thual le vendredi 11 oct 2013 à 12:34

    ou en est on arrivé!!pauvre France et on laisse tout faire au pretexte de tolerance de chomage de misere ,,,c est surtotu le laxisme de nos politiques qu il faut combattre,,,a propos pour les détenus a l exterieur ,,,le bracelet va les empecher d etre violents ?on est tombes bien bas !

  • M2280901 le vendredi 11 oct 2013 à 12:29

    avec la faune qui arrivent en France voilà le résultat !

  • M4760237 le vendredi 11 oct 2013 à 10:45

    Un gilet pare balles serait plus adapté. Les fous furieux qui se présentent aux urgences ne respectent plus rien : infirmièr(e)s, aides soignant(e)s et médecins sont méprisés par beaucoup de gens.