« Hôpital, c'est pourtant écrit en grandes lettres blanches »

le , mis à jour à 06:12
0
« Hôpital, c'est pourtant écrit en grandes lettres blanches »
« Hôpital, c'est pourtant écrit en grandes lettres blanches »

« Qu'on ne dise pas qu'ils ignoraient ce qu'ils cassaient, que c'était dans le feu de l'action, alors que c'est écrit en grandes lettres blanches, là sur les vitres de façade ! » s'indigne un riverain de Necker. Du personnel hospitalier aux commerçants voisins, de l'aide-soignante au Premier ministre, les mêmes mots expriment la même colère, au bas du boulevard Montparnasse (Paris, XVe).

Le petit garçon du couple de policiers tué s'y trouvait

Car cette façade, pansée sur plusieurs mètres par de l'adhésif et des panneaux de contreplaqué, est celle de l'hôpital Necker-Enfants malades, devenu mardi soir le symbole du vandalisme. Cette fois, des casseurs s'en sont pris à un hôpital, qui plus est pédiatrique, fracassant les grandes baies à coups de masses et de parpaings.

Un peu plus tard, on apprenait aussi que le garçon de 3 ans du couple de policiers assassiné lundi se trouvait de l'autre côté de ces murs, lorsque se sont déchaînés des casseurs... Triste première que cet assaut qui a beaucoup choqué, dans l'enceinte de Necker et dans le quartier dévasté. « Ce qui s'est passé est intolérable », a tonné Manuel Valls qui a rencontré les équipes soignantes de l'hôpital. A l'entrée, la condamnation est unanime. « C'est choquant, et ça décrédibilise le mouvement lié à ces manifs », lâche une maman venue pour une consultation.

Autour de Necker, les employés de chez Decaux, le gestionnaire du mobilier urbain de Paris, se sont déplacés en nombre au petit matin pour essayer de « faire oublier tout ça », comme explique un chef d'équipe écoeuré, en frottant les insultes qui recouvrent une cabine de toilettes. Abribus, bancs, « tout a pris ». Sur le boulevard baigné d'une odeur de détergent, les riverains promènent leurs chiens en évitant les milliers de morceaux de verre. Et les commerçants ont ouvert malgré tout, derrière du contreplaqué. « Les policiers ne sont pas passés lundi nous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant