HOP! Air France : les recettes du succès

le
0
Un des avions régionaux de la flotte de HOP!
Un des avions régionaux de la flotte de HOP!

Faut-il diviser la maison Air France en appartements ? L'exemple du développement de HOP! Air France, chargée des lignes court-courrier, interpelle. Cette entité regroupant les filiales régionales (BritAir, Regional Airlines et Airlinair) du groupe Air France semble avoir réussi un pari jugé irréalisable lors de sa création en 2013. Les réseaux étaient disparates, les membres du personnel sous des statuts très différents, les modèles d'avions trop nombreux et on comptait pas moins de quatre sièges sociaux, autant de centres de maintenance, etc. Aujourd'hui, le déficit annuel est passé de 200 millions d'euros à moins de 50 millions et l'équilibre est visé en 2017.

Le groupe Air France aurait pu, comme l'a fait British Airways, se séparer de son réseau domestique et ne conserver en France que les lignes alimentant les correspondances long-courriers à Roissy-CDG. « Business unit » réactive, HOP! Air France a été chargée de rationaliser les dessertes, de respecter les horaires et d'offrir des tarifs compatibles avec les pouvoirs d'achat des différentes catégories de clients.

Le respect de l'horaire face à la concurrence

La concurrence est multimodale et se répartit en France entre 10 % pour l'avion, 25 % pour le train et 65 % pour la route. Première action pour regagner des clients, HOP! Air France a amélioré sa ponctualité d'un point par an atteignant l'an dernier 62 %. Impact immédiat chez les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant