Hongrie : les images-chocs dans un camp de réfugiés

le
1
Des centaines de réfugiés massés à la frontière austro-hongroise, le 11 septembre 2015.
Des centaines de réfugiés massés à la frontière austro-hongroise, le 11 septembre 2015.

"Ici, c'est Guantánamo", lance un Kurde de la ville syrienne de Kobané, derrière la double clôture de barbelés qui le retient, comme des centaines d'autres migrants, dans un des camps hongrois de Röszke, près de la frontière serbe. "Même les animaux sont mieux traités que nous, ici c'est Guantánamo", martèle ce réfugié, Mustafa, en référence à la prison militaire américaine installée à Cuba, très décriée pour ses conditions de détention. Pour preuve il montre son pied blessé entouré d'un sac plastique bleu, faute dit-il "d'aide médicale".

D'autres migrants pointent leur "plat du jour" composé d'un petit pain rond, d'une petite boîte de pâté au poulet et d'une petite bouteille d'eau. "Ce n'est même pas assez de nourriture pour un enfant", explique Mustafa, 38 ans, qui dit avoir fui la guerre en Syrie. "Je ne sais pas combien de temps nous allons pouvoir tenir dans ces conditions." Sous un ciel froid et pluvieux, des policiers hongrois transportent ces sachets de nourriture dans une brouette pour les distribuer aux quelque 400 migrants logés dans une cinquantaine de tentes kaki.

Dans le camp voisin, des rations ont été jetées aux migrants comme à des animaux, comme l'a montré une vidéo tournée en cachette par une volontaire autrichienne. À l'extérieur du camp placé sous forte surveillance policière, des bus remplis d'autres migrants aux visages exténués attendent de pouvoir pénétrer dans le périmètre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le vendredi 11 sept 2015 à 19:14

    Et le bourrage de crâne continue but : culpabilisation de l' Europe et ouverture totale des frontières.....