Hong Kong : spectaculaire opération lumineuse des manifestants pro-démocratie

le
0
Hong Kong : spectaculaire opération lumineuse des manifestants pro-démocratie
Hong Kong : spectaculaire opération lumineuse des manifestants pro-démocratie

La campagne de désobéissance civile qui couve depuis des semaines à Hong Kong se poursuit dans l'ancienne colonie britannique qui connaît les pires troubles civils depuis son retour dans le giron de la Chine en 1997. Lundi soir, des dizaines de milliers de manifestants pro-démocratie étaient installés dans le centre de la ville, paralysé, pour une nouvelle nuit d'affrontements avec la police.

Alors qu'à l'aube, dans un geste d'apaisement, il avait retiré les forces anti-émeutes, le gouvernement de Hong Kong demandait aux manifestants «de libérer les routes occupées pour laisser le passage aux véhicules d'urgence et rétablir les transports publics». Sans succès. Autobus stoppés ou déviés, stations de métro fermées comme nombre d'écoles ou même d'entreprises, au fil des heures la foule des manifestants a grandi. En fin d'après-midi, ils étaient environ 20.000 dans le quartier d'affaires d'Admilralty, non loin du siège du gouvernement. Les militants ont aussi pris le contrôle d'au moins deux carrefours routiers majeurs.

A la nuit tombante, les milliers de protestataires qui bloquaient l'une des grandes voies principales, ont allumé leurs téléphone portables, formant une vague lumineuse et créant une atmosphère presque festive. «Je reste jusqu'à la fin, jusqu'à ce que nous obtenions ce que nous voulons, c'est-à-dire une vraie démocratie», expliquait Michael Wan, un lycéen de 18 ans. Venu «soutenir les étudiants» parce que «nous voulons notre propre démocratie», un professeur dénonçait la violence de la police, qui a utilisé bombes lacrymogènes et gaz au poivre, la nuit précédente. «Nous ne comprenons pas comment la police a pu faire ça», déplorait Shum Yuen-ping.

Une élection bien contrôlée par Pékin

Les étudiants et les lycéens sont le fer de lance de ce mouvement de colère. Ils refusent la décision de Pékin que le futur chef de l'exécutif local soit élu au suffrage universel dès ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant