Hong Kong : situation tendue après une nouvelle nuit de heurts

le
0
Hong Kong : situation tendue après une nouvelle nuit de heurts
Hong Kong : situation tendue après une nouvelle nuit de heurts

La tension est loin d'être redescendue ce lundi à Hong Kong, en proie à un brusque accès de fièvre après plus de deux mois de manifestations. Dans la nuit, des centaines de manifestants pro-démocratie, portant des casques et brandissant les parapluies, symbole du mouvement, avaient envahi la rue devant les bureaux du chef de l'exécutif Leung Chun-ying. La police a repoussé par la force ces militantsqui tentaient d'encercler le siège du pouvoir, aux cris de «Encerclez le siège du gouvernement, paralysez le gouvernement !».

Plusieurs manifestants ont été blessés. Un manifestant au visage ensanglanté a été aperçu par les médias alors qu'il était emmené par la police. D'autres ont été soignés par des volontaires après avoir été aspergés de gaz au poivre. La police a annoncé 40 interpellations, précisant que onze de ses officiers ont été blessés. Ce sont les heurt les plus sérieux depuis le 28 septembre.

Entre colère et découragement

«C'est l'escalade qu'on attendait. Cela aurait dû avoir lieu depuis un bon moment», expliquait Kelvin Lau, un des manifestants présents. «Dans une situation où ils n'avaient pas d'autre choix, les policiers ont fait un usage minimalde la force en aspergeant les manifestants d'eau, de gaz au poivre et de bâtons», a assuré un haut gradé de la police, Tsui Wai-hung.

A Admiralty, près du siège du pouvoir, où se trouve le principal site occupé par les manifestants, la colère le disputait au découragement. «Je suis énervé mais il n'y a rien à faire», constatait Justin Yan, un comptable de 22 ans. «Ils sont censés protéger les citoyens, pas nous faire du mal. Nous n'avons plus confiance en eux».

La situation restait volatile ce lundi matin. De nouveaux heurts se sont produits entre policiers et manifestants dans un centre commercial près d'Admiralty. Une personne a été évacuée sur un brancard. Les routes étaient ouvertes à la circulation mais les bâtiments ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant