Hong Kong: les pourparlers entre les étudiants et le pouvoir marquent le pas

le
0
Hong Kong: les pourparlers entre les étudiants et le pouvoir marquent le pas
Hong Kong: les pourparlers entre les étudiants et le pouvoir marquent le pas

A Hong Kong, les négociations pour trouver une issue à la crise ont marqué le pas. Les leaders étudiants du mouvement pro-démocratie de Hong Kong ont en effet laissé entendre mercredi qu'ils pourraient ne pas poursuivre le dialogue avec le gouvernement. Ils l'accusent de n'avoir fait aucun geste significatif pour mettre fin à plus de trois semaines de manifestations.

Les premiers pourparlers mardi entre les représentants des étudiants et ceux du gouvernement emmenés par sa numéro deux, Carrie Lam, n'ont débouché, comme il était attendu, sur aucun résultat concret. Le gouvernement a toutefois proposé aux protestataires de se retrouver rapidement pour tenter de trouver une issue à la plus grave crise qu'ait connue l'ancienne colonie britannique depuis sa rétrocession à la Chine, en 1997.

Les manifestants réclament, outre la démission du chef de l'exécutif, Leung Chun-ying, l'instauration d'un véritable suffrage universel dans le territoire autonome. Si la Chine a accepté le principe d'un tel suffrage pour l'élection du prochain chef de l'exécutif, en 2017, elle entend conserver la maîtrise du choix de chacun des candidats par un Comité qu'elle contrôlerait. Le gouvernement a répété que Pékin ne cèderait jamais sur cette question. Mais l'exécutif local a fait quelques gestes en direction des contestataires en proposant que ce comité devienne «plus démocratique».

Le gouvernement a également promis de rendre compte aux autorités chinoises des événements de Hong Kong et suggéré que les deux parties élaborent une plateforme pour discuter des réformes politiques à mettre en œuvre au-delà de 2017.

Les étudiants demandent au pouvoir de clarifier ses propositions

Les étudiants sont très majoritairement restés de marbre face à ces propositions et demandent au pouvoir de clarifier ses propositions encore trop «vagues». «Quant à savoir s'il y aura une reprise des discussions à l'avenir, c'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant