Hong Kong : les manifestants pro-démocratie expulsés de leur campement

le
0
Hong Kong : les manifestants pro-démocratie expulsés de leur campement
Hong Kong : les manifestants pro-démocratie expulsés de leur campement

Trente minutes. C'est le temps qu'avaient ce jeudi les manifestants pro-démocratie pour évacuer d'eux-mêmes le quartier d'affaires d'Admiralty, à Hong Kong (Chine). «Au bout d'une demi-heure, la police érigera un cordon autour de la zone occupée (...) agira pour disperser ou arrêtera quiconque refuse de partir», avait prévenu un responsable des forces de l'ordre avant de lancer l'opération. Les barricades autour du siège des militants de la «révolte des parapluies» ont été démontées et des centaines de policiers ont envahi la zone. Si bon nombre de manifestants avaient rangé leur tente, certains étaient sont toujours sur place au moment de l'assaut. Des interpellations sont en cours.

Appel à aller «au bout»

«Je ne suis pas fatigué. Je ne serai jamais fatigué, il n'y a que le gouvernement qui est fatigué», assurait plus tôt Alice, une étudiante de 19 ans. Mais autour d'elle, le siège a tout de même perdu de sa densité. Sur décision de la Haute cour, saisie par des commerçants et des compagnies de transport en commun, des huissiers de justice se sont présentés tôt dans la matinée sur le fameux campement, un village de tentes installé depuis 11 semaines près des bureaux du chef de l'exécutif hongkongais.

VIDEO. Hong Kong: «Nous reviendrons», assurent les manifestants

Après la lecture de l'injonction d'évacuation par les huissiers, des ouvriers ont commencé à démanteler les barricades d'enceinte de part et d'autre du site. La police devait ensuite intervenir pour dégager le coeur du campement, installé sur une autoroute à neuf voies, un des grands axes de circulation de l'île de Hong Kong, dont le blocage perturbe fortement la mobilité des habitants.

Les chefs de file du mouvement de contestation, soutenus par une vingtaine de députés qui se sont déclarés prêts à finir au poste de police, ont lancé un appel à aller «au bout». De son côté, le chef du gouvernement Leung Chun-ying a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant