Hong Kong : les hommes de main des triades s'invitent dans les manifestations

le
0
Hong Kong : les hommes de main des triades s'invitent dans les manifestations
Hong Kong : les hommes de main des triades s'invitent dans les manifestations

Les violents heurts de vendredi à Hong Kong entre les manifestants, qui réclament plus de démocratie au gouvernement central chinois, et les habitants, excédés par ce mouvement qui dure depuis plus d'une semaine, ont permis l'apparition de nouveaux acteurs : des militants pro-Pékin et, surtout, des hommes de mains des triades, la mafia chinoise. 

La police, accusée d'être restée passive lors des affrontements, a arrêté 19 personnes, dont 8 soupçonnées de liens avec les triades. Des députés pro-démocratie ont accusé le gouvernement de collusion avec ces groupes mafieux, habitués aux trafics de stupéfiants et à la prostitution mais qui investissent de plus en plus dans l'immobilier ou la finance à Hong Kong. Certaines triades sont soupçonnées d'entretenir des liens avec le pouvoir politique et elles ont déjà été accusées par le passé d'être payées pour casser des manifestations.

Démenti formel de Pékin

La police «a semblé faire preuve de beaucoup d'indulgence à l'égard des activités des triades, a lancé le député Albert Ho. Ceux qui sont au pouvoir à Hong Kong n'ont d'autre option que de disperser les rassemblements et la seule façon d'y parvenir, sauf à le faire soi-même, c'est de permettre à quelqu'un d'autre de le faire». «Le gouvernement a utilisé des forces organisées et même les gangs des triades pour tenter de disperser les citoyens», a renchéri le député James To, cité par le journal South China Morning Post.

Amnesty International a également condamné la passivité des forces de police mais le ministre de la Sécurité Lai Tung-kwok a démenti ces «accusations fabriquées de toutes pièces et très excessives».

Négociations rompues

L'angoisse était palpable samedi parmi les manifestants qui sont à nouveau descendus dans les rues par dizaines de milliers pour manifester en faveur de la paix. Des foules immenses se sont pressées dans le quartier d'Admiralty, près du siège ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant