Hong Kong : le gouvernement demande la fin «immédiate» des manifestations

le
0
Hong Kong : le gouvernement demande la fin «immédiate» des manifestations
Hong Kong : le gouvernement demande la fin «immédiate» des manifestations

La confrontation monte d'un cran à Hong Kong entre gouvernement et manifestants. Face à des opposants prodémocratie déterminés à obtenir satisfaction, le chef de l'exécutif de la péninsule chinoise, Leung Chun-ying, a appelé Occupy Central, le principal mouvement contestataire, à mettre fin sans délai aux manifestations. 

«Les fondateurs d'Occupy Central ont dit à plusieurs reprises que si le mouvement devenait incontrôlable, ils appelleraient à y mettre un terme. Je leur demande maintenant de respecter leur engagement et de mettre immédiatement fin à leur campagne», a déclaré Leung Chun-ying. Il s'exprimait pour la première fois depuis les incidents de dimanche, les plus violents depuis la rétrocession à la Chine, en 1997, de cette ancienne colonie britannique. Les forces de l'ordre avaient utilisé du gaz lacrymogène et du gaz au poivre, une intervention absolument rarissime à Hong Kong. 

VIDEO. Rues calmes après une deuxième nuit dehors pour les manifestants.

Le gouvernement local est soutenu par les autorités centrales chinoises dans sa démarche. «Nous soutenons entièrement le gouvernement de la Région autonome spéciale de Hong Kong pour traiter le problème» des «activités illégales» liées aux manifestations, a déclaré la porte-parole de la diplomatie chinoise, Hua Chunying.

Occupy central a rejeté la demande du gouvernement local. «Si Leung Chun-ying annonce sa démission, cette occupation cessera, au moins provisoirement», a déclaré Chan Kin-man, co-fondateur du mouvement. Les protestataires dénoncent la décision de Pékin, en août, d'accorder, certes, le suffrage universel à l'élection du chef de l'exécutif en 2017, mais tout en sélectionnant les candidats. Au-delà, nombre de Hongkongais s'inquiètent d'une mainmise grandissante de la capitale chinoise sur les affaires locales.

Ce mardi, les quartiers envahis par les manifestants sont plutôt calmes. De grandes artères routières ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant