Hong Kong brade ses maisons hantées

le
0
Les logements qui ont été le théâtre d'un drame sont vendus jusqu'à 40% moins chers. Certains agents immobiliers dédient même une rubrique à ce type de biens sur leur site.

Superstition oblige, à Hong Kong, les agents immobiliers sont légalement obligés d'afficher le pedigree complet des logements proposés à la vente ou à la location. Pas question pour les locaux de s'installer dans un appartement sans savoir ce qu'il s'y est passé auparavant, et s'assurer qu'il ne rentre pas dans la catégorie «hongza», qui signifie qu'il a été le théâtre d'un drame. Les annonces immobilières regorgent donc de détails sordides sur la fin tragique des anciens occupants. Cité par CNN, un commercial de l'agence immobilière Squarefoot, qui consacre une page aux annonces de biens «hongza», explique qu'il existe une hiérarchie officieuse. Les biens sont classés de une à quatre têtes de morts selon la gravité de l'évènement fatal survenu dans les lieux. Certains faits divers provoquent ainsi la décote d'un étage, voire d'un immeuble entier.

Jusqu'à 40% moins chers

Il existe néanmoins une clientèle pour ces produits. Selon les agents immobiliers, les étrangers surtout, mais aussi les chinois qui ne partagent pas ces croyances ou qui travaillent dans le secteur médical où la mort fait partie du quotidien, sont des acquéreurs potentiels. Car si le terme «hongza» fait frémir de nombreux acquéreurs, il peut faire perdre au bien de 10 à 40% de sa valeur d'achat. Or avec le temps, et les transactions successives qui font changer le logement de mains, les biens estampillés «hongza» retournent à plus ou moins long terme dans le parc immobilier «classique». L'oubli aidant, ils se vendent au prix du marché et repartent même et à la hausse. Il y a donc de bonnes affaires à réaliser, à condition de ne pas être trop superstitieux.

LIRE AUSSI :

» Un consulat vendu vendu 52M¤

» Hong Kong : l'immobilier flambe

SUIVEZ LE FIGARO IMMO SUR :

» Twitter : @LeFigaro_Immo

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant