Honduras-Limogeage de responsables policiers accusés de liens criminels

le
0
    TEGUCIGALPA, 30 avril (Reuters) - Le Honduras a annoncé 
vendredi avoir limogé plus de 25 hauts responsables policiers 
dans le cadre d'une purge dans des forces de sécurité accusées 
d'être infiltrées par le crime organisé. 
    Le président du Honduras Juan Orlando Hernandez est sous 
pression de faire le ménage dans la police du pays après que le 
New York Times a publié ce mois-ci un article disant que des 
officiers de haut niveau avait orchestré, sur ordre de barons de 
la drogue, l'assassinat en 2009 d'Aristides Gonzalez, qui était 
chargé de la lutte contre la drogue. 
    Cet article avait conduit le gouvernement à mettre sur pied 
une commission spéciale qui, ce vendredi, a dit que 27 des 47 
commandants de police du pays avaient été démis de leurs 
fonctions. 
    Quatre d'entre eux ont été accusés d'avoir participé à 
l'assassinat d'Aristides Gonzales. 
    Il s'agit de la cinquième tentative en 20 ans du purger les 
forces de police du pays, représentant quelque 12.000 personnes, 
accusées depuis longtemps de travailler avec le crime organisé. 
    Depuis sa prise de fonction en 2014, Juan Orlando Hernandez 
a mis en oeuvre une militarisation de police, une mesure qui a 
permis de faire baisser le taux d'homicides dans le pays. 
    Cela n'empêche pas le Honduras de compter, avec son voisin 
El Salvador, l'un des taux d'homicides les plus élevés au monde. 
 
 (Gustavo Palencia, Benoît Van Overstraeten pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant