Honda se voit pousser des ailes dans l'aviation d'affaires

le
0
Honda se voit pousser des ailes dans l'aviation d'affaires
Honda se voit pousser des ailes dans l'aviation d'affaires

par Cyril Altmeyer

GENEVE (Reuters) - Quand il franchit le seuil du stand de Honda Aircraft Company au salon Ebace de l'aviation d'affaires qui se tient jusqu'à mercredi à Genève, le visiteur est d'abord accueilli par une voiture du troisième constructeur automobile japonais.

Puis apparaît le HondaJet peint en rouge de la filiale de Honda Motor, bien décidée à tailler des croupières à l'américain Cessna (groupe Textron) et au brésilien Embraer sur le marché des avions d'affaires légers.

Honda a reçu plus de 100 commandes pour cette avion de sept places dans les trois jours qui ont suivi le lancement du programme en 2006, mais est resté depuis discret sur l'état de son carnet.

Le japonais se lance sur un segment de marché qui a particulièrement souffert de la crise de 2008, ce qui ne semble pas émouvoir outre mesure Michimasa Fujino, PDG de Honda Aircraft Company.

"Le marché des avions légers est proche du marché automobile en termes de cycles d'activité", a-t-il dit lors d'un entretien à Reuters. "Les avions légers sont influencés par la conjoncture économique, comme l'automobile".

Honda compte produire 20 unités de son appareil d'ici sa première livraison prévue fin 2013, puis 50-70 en 2014, avant d'atteindre son rythme de croisière d'une centaine par an à partir de 2015.

L'avionneur promet un appareil doté d'un moteur plus silencieux et 20% d'économies de carburant comparé aux modèles concurrents.

"C'est comme l'automobile : les voitures les plus compactes et les plus économes en carburant sont les plus populaires", a noté Michimasa Fujino.

Honda entend prendre 10% du marché dans un premier temps, puis s'en adjuger à moyen terme 15 à 20%.

Les clients intéressés par l'avion ne recherchent pas particulièrement à en personnaliser la cabine, comme cela peut être le cas pour les plus gros avions, a-t-il observé.

"HondaJet ressemble plus au design d'une voiture, ce qui signifie que nous essayons de fournir un avion dont l'équipement est très complet", a souligné Michimasa Fujino.

Il croit d'autant plus au potentiel du marché des avions légers qu'un gros appareil n'est pas forcément nécessaire pour le trajet d'un homme d'affaires se rendant à une réunion par exemple.

"C'est comme pour l'automobile : vous ne vous rendez pas forcément au travail avec votre gros monospace", a-t-il dit.

Michimasa Fujino a estimé que les entreprises se rendaient de plus en plus compte que posséder un avion d'affaires léger leur était très utile.

"Peut-être l'utilisation des avions légers deviendra plus commune à l'avenir", a-t-il estimé. Comme pour l'automobile.

Edité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant