Honda a le moteur encrassé

le
0
Honda a le moteur encrassé
Honda a le moteur encrassé

Après un départ canon (six buts en sept matchs), Keisuke Honda a vu son rendement chuter, comme le Milan en fait. S'agissait-il d'un malentendu, ou d'un syndrome qui touche tous les joueurs rossoneri ?

Lancé dans l'intervalle par Adil Rami, Keisuke Honda échappe à la vigilance des défenseurs adverses et s'en va battre le portier du Hellas pour le but du 3-0 en faveur du Milan. Le Japonais s'offre même un doublé lors de cet après-midi ensoleillé au Bentegodi, son premier depuis qu'il est arrivé en Italie. Nous sommes à la septième journée de championnat, et Honda s'impose alors comme des grands bonhommes du début de saison avec déjà six buts inscrits. Le Milan, lui, a remporté quatre matchs et figure à une bonne 4e place avec la meilleure attaque. Le projet d'Inzaghi prend forme, et le Samouraï en est un joueur clé. C'était il y a pile un demi-championnat. 19 matchs sont passés, et les Rossoneri n'ont engrangé que 20 unités depuis. Honda, lui, n'a plus marqué.
Nippon ni mauvais
Était-ce un malentendu ? Que s'est-il passé pendant ces quelques semaines où il marchait sur l'eau ? S'agit-il juste d'un retour à la normale ? Car avant de flamber, Honda avait déjà passé six premiers mois difficiles au Milan AC. Pour beaucoup, il s'agissait même d'un énième flop de la direction du Milan qui avait encore misé sur un joueur en fin de contrat. Un homme-sandwich juste bon à vendre des maillots et attirer des sponsors nippons. Le Japonais débarquait alors du CSKA Moscou et n'avait pas compris grand-chose aux exigences technico-tactiques d'un Seedorf aux idées confuses. Ajoutez à cela le choc des cultures, la barrière de la langue et un joueur un peu tout seul sur sa planète, le rendement fut largement insuffisant. Honda, c'était déjà limite de l'histoire ancienne l'été dernier, mais le professionnel hors pair qu'il est a mis le bleu de chauffe durant l'été et convaincu Inzaghi de miser sur lui. "La vérité est au milieu" raconte un vieux dicton italien. Honda n'est ni un top player, ni un bidone et n'est surtout pas arrivé au bon moment au Milan.
Qu'en faire tactiquement ?
C'est donc à droite du trio offensif que le Samouraï explose les compteurs durant l'automne dernier, il a aussi pu compter sur la collaboration d'un Ignazio Abate dans la forme de sa vie. Un duo qui a vraiment impressionné par sa complicité sur le terrain (en dehors, on a des doutes), dédoublements à foison, Honda qui repique dans l'axe où il retrouve en Ménez un parfait relais. Depuis, Abate est retombé dans ses tracas physiques, Cerci a débarqué durant...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant