Homophobie et épreuves sportives : le Kremlin veut calmer le jeu

le
0
Homophobie et épreuves sportives : le Kremlin veut calmer le jeu
Homophobie et épreuves sportives : le Kremlin veut calmer le jeu

Alors que les Mondiaux d'athlétisme débutent ce samedi à Moscou, vendredi le ministre russe des Sports, Vitaly Moutko entendait apaiser tous ceux qui s'inquiètent des conséquences d'une loi promulguée en juin contre la «propagande» homosexuelle devant les mineurs, sans donner toutefois des promesses concrètes.

«Tous les sportifs et organisations sportives devraient garder leur calme. Leurs droits seront respectés», a insisté le ministre, en pleine polémique sur la tenue des JO d'hiver à Sotchi, au bord de la mer Noire, début 2014. Une pétition de l'association All Out pour priver la Russie de cet événement a déjà recueilli plus de 340 000 signatures. Le Comité international olympique (CIO) a demandé des «éclaircissements».

«Aucun problème» pour la Fédération internationale d'athlétisme

Ce texte punit tout acte de «propagande» homosexuelle devant les mineurs d'une peine d'amende de 2 300 euros et de détention allant jusqu'à 15 jours. Il est jugé discriminatoire par les défenseurs des droits de l'homme. Mais pour Vitaly Moutko, «cette loi ne consiste pas à porter atteinte aux droits des personnes, quelles que soient leur citoyenneté, leur religion et leurs orientations (sexuelles).» «Cette loi vise (juste, Ndlr) la propagande devant mineurs» pas les citoyens.

Le président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Lamine Diack, qui s'exprimait au côté de Vitaly Moutko, a soutenu le ministre en déclarant qu'il ne voyait «aucun problème concernant cette loi» et qu'il fallait «respecter» la législation russe.

JO : le ministre des Sports ne craint pas «les appels au boycott»

«Il n'y a aucune raison de craindre les appels au boycott des jeux Olympiques», a poursuivi le ministre des Sports. «Toutes les personnes sensées comprennent que l'ingérence de la politique dans le sport est inadmissible», a ajouté le Russe. «Plus la Russie est forte, et plus cela déplaît à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant