Homme et machine: partenaires pour le meilleur à l'INRIA

le
0
Homme et machine: partenaires pour le meilleur à l'INRIA
Homme et machine: partenaires pour le meilleur à l'INRIA

"On capte, on stocke, on diffuse: les données produites doublent chaque année", constate Jean-Daniel Fekete, responsable de l'équipe Aviz au Centre de recherche INRIA de Saclay. "Le challenge est comment comprendre cette quantité de données".Face à un ordinateur, ce que veulent les hommes ce n'est pas "communiquer" avec lui, renchérit Wendy Mackay, autre chercheur de l'Institut de recherche en sciences du numérique (INRIA), qui travaille depuis 25 ans sur l'interaction homme-machine.Et pourtant il faut bien trouver un terrain d'entente -les spécialistes appellent ça des "interfaces" - pour exploiter au mieux les fabuleuses capacités des outils technologiques et l'augmentation exponentielle des informations mises à disposition.Car notre cerveau, lui, n'a pas évolué au rythme du Big Data. Déléguer à l'ordinateur? Les progrès réalisés en Intelligence Artificielle sont "colossaux", mais ils ont des limites, relève Jean-Daniel Fekete.Son équipe table en revanche sur les capacités visuelles de l'homme, "extrêmement performantes", pour rendre les grands volumes de données non pas seulement accessibles, mais surtout compréhensibles. L'idée générale est d'utiliser des représentations visuelles "très faciles à comprendre", voire ludiques, pour faire passer la masse des informations.Jean-Daniel Fekete fait par exemple la démonstration qu'en quelques "coups de dé", ScatterDice, un outil de visualisation de données sur écran développé par l'équipe Aviz, permet de choisir un appareil-photo parmi 1.000 références et en tenant compte de 12 critères de sélection différents (prix, résolution, zoom...).Un tableau à double entrée, sur une face d'un cube, "se rejoue" autant de fois que nécessaire pour appréhender toutes les données. ScatterDice a notamment été mis en oeuvre pour créer un outil d'exploration des zones d'emploi en France (300 zones ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant