Hommage place de la République aux victimes des attentats de 2015

le
0
    * Une plaque dévoilée en hommage aux victimes 
    * La France a besoin de l'esprit du 11 janvier-Valls 
    * Les Français "plus protégés" que jamais, assure Cazeneuve 
 
    PARIS, 10 janvier (Reuters) - Un hommage a été rendu 
dimanche place de la République à Paris aux victimes des 
attentats qui ont endeuillé la France en janvier et novembre, un 
an après la marche républicaine qui avait réuni plus d'un 
million de personnes dont plusieurs dizaines de chefs d'Etat 
dans la capitale.  
    Cette journée de commémoration clôt une semaine d'hommages 
rendus aux victimes des attentats de Charlie Hebdo tuées le 7 
janvier 2015, à la policière municipale tuée le 8 à Montrouge 
(Hauts-de-Seine) et aux victimes de l'attaque d'un hypercacher 
le 9 janvier porte de Vincennes.  
    Arrivés vers 11h sur une place de la République placée sous 
haute sécurité, le chef de l'Etat François Hollande, le Premier 
ministre Manuel Valls et la maire de Paris Anne Hidalgo ont 
dévoilé une plaque en hommage aux victimes devant un "chêne du 
souvenir" planté sur un coin de la place.  
    "A la mémoire des victimes des attentats terroristes de 
janvier et novembre 2015, à Paris, Montrouge et Saint-Denis. Ici 
même, le peuple de France leur rend hommage", peut-on lire sur 
cette plaque.  
    En un an, la place de la République s'est imposée comme un 
lieu de recueillement. Le socle de la statue de Marianne s'est 
notamment transformé en mémorial improvisé, recouvert de 
bougies, de fleurs, de messages et de photographies de victimes. 
    "Nous avons besoin, pour affronter le terrorisme, de cet 
esprit de rassemblement que nous avons pu voir le 11 janvier il 
y a un an", a déclaré Manuel Valls, au micro de France 2, juste 
avant le début de la cérémonie.  
    "Il faut que chacun ait bien conscience que ceux qui 
s'écartent de cet esprit seront très sévèrement condamnés par 
nos compatriotes, il faut rester à la hauteur ce cette 
exigence".  
     
    "SAUVER PARIS C'EST SAUVER LE MONDE" 
   Johnny Hallyday, dont la présence a été contestée cette 
semaine par certains membres de Charlie Hebdo, a interprété "un 
dimanche de janvier", une chanson de Jeanne Cherhal composée en 
hommage à la marche républicaine du 11 janvier 2015. 
    Une quarantaine de chefs d'État et des dizaines de 
représentants d'organisations internationales avaient défilé 
bras dessus-bras dessous au sein du cortège de plus d'un million 
de personnes.  
    Un texte de Victor Hugo prononcé par l'écrivain à son retour 
d'exil le 5 septembre 1870 a également été lu par deux comédiens 
dimanche devant les proches des victimes.  
    "Sauver Paris, c'est plus que sauver la France, c'est sauver 
le monde. Paris est le centre même de l'humanité. Paris est la 
ville sacrée. Qui attaque Paris attaque en masse tout le genre 
humain", déclarait l'écrivain dans son allocution dont la 
lecture a été saluée par une salve d'applaudissements.  
    Au total, les deux vagues d'attentats ont fait 147 morts, 
dix-sept en janvier et 130 au Bataclan, dans les cafés et 
restaurants de l'Est parisien et à Saint-Denis 
(Seine-Saint-Denis) le 13 novembre dernier.  
    L'année 2015 a également été marquée par un projet 
d'attentat contre une église à Villejuif (Val-de-Marne), la 
décapitation d'un chef d'entreprise à Saint-Quentin-Fallavier 
(Isère) et l'attaque déjouée du Thalys entre Bruxelles et Paris. 
    "Nous sommes face à un niveau de menace extrêmement élevé, 
plus élevé qu'il ne l'a jamais été" mais les Français "sont plus 
protégés qu'ils ne l'ont jamais été", a déclaré le ministre de 
l'Intérieur Bernard Cazeneuve dimanche sur iTELE-Europe 1-Le 
Monde.  
    "Nous prenons 100% de précaution ce qui permet aux Français 
d'être plus protégés mais 100% des précaution ce n'est pas, face 
à la menace, le risque zéro", a-t-il toutefois ajouté.    
 
 (Marine Pennetier, édité par Pierre Serisier) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant