Hommage à Raymond Aubrac dans la cour des Invalides

le
0
HOMMAGE À RAYMOND AUBRAC
HOMMAGE À RAYMOND AUBRAC

PARIS (Reuters) - Nicolas Sarkozy, François Hollande et deux autres candidats à l'élection présidentielle, le centriste François Bayrou et l'écologiste Eva Joly, ont assisté lundi à une cérémonie d'honneurs militaires pour Raymond Aubrac, l'ancien résistant mort la semaine passée à l'âge de 97 ans.

A la demande de sa famille, soucieuse d'éviter toute récupération politique en cette période électorale, le président candidat n'a pas pris la parole à la manifestation, organisée dans la cour des Invalides.

Deux personnalités de la France libre et de la lutte contre l'occupation nazie, Jean-Louis Crémieux-Brilhac et Jacques Vistel, se sont succédé pour rendre hommage "au dernier grand représentant de la Résistance", à l'un de ses fils "les plus illustres, les plus courageux et les plus fidèles à son héritage".

Ils y ont associé le souvenir de son épouse Lucie Aubrac, morte en 2007, qui a partagé ses combats dans la Résistance et organisé l'opération qui avait permis de le libérer après son arrestation en 1943.

A l'issue de la cérémonie, Nicolas Sarkozy a déclaré qu'avec Raymond Aubrac, "c'est un monument de notre histoire contemporaine qui disparaît et ça ne fait que renforcer le devoir de mémoire."

François Hollande a évoqué pour sa part son engagement dans la Résistance mais aussi son action en faveur de pays comme le Maroc et le Vietnam après la décolonisation.

Le candidat socialiste à la présidentielle a été installé à côté de François Bayrou au premier rang de l'assistance.

Le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, s'était fait excuser. Ses alliés du Parti communiste, dont Raymond Aubrac a été proche après-guerre, étaient représentés par Pierre Laurent et Marie-Georges Buffet.

Outre François Hollande, plusieurs personnalités socialistes étaient présentes, dont la première secrétaire Martine Aubry et le président du groupe à l'Assemblée nationale Jean-Marc Ayrault.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant