Hommage à Mandela : l'emphase et l'émotion

le
0
Un portrait géant de Nelson Mandela a été déployé sur la façade du Quai d'Orsay.
Un portrait géant de Nelson Mandela a été déployé sur la façade du Quai d'Orsay.

À gauche comme à droite, c'est une tristesse (enfin) unanime qui s'est abattue sur la classe politique française à l'annonce, jeudi dans la nuit, de la mort de Nelson Mandela. Vendredi les politiques ont donc aiguisé leur plus belle plume pour rendre, avec plus ou moins de talent, un dernier hommage à Madiba. Florilège :

- Le plus admiratif : Bertrand Delanoë (maire de Paris) Les quatre longues décennies qu'il a consacrées à cette lutte terrible montrent à tous les peuples ce que peuvent le courage, la dignité et l'abnégation face à l'oppression. Devenu président au terme d'une détention de presque trente années, il a offert à l'humanité le témoignage extraordinaire d'un homme victime de l'injustice qui refuse la vengeance et voue le reste de son existence à promouvoir la concorde et la paix.

Je proposerai au prochain Conseil de Paris que la ville honore la mémoire de Nelson Mandela en donnant son nom à un lieu important. - Le plus poétique : Bruno Le Roux (président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale) Un homme universel est parti et les larmes n'ont pas de frontières. Mandela a vaincu le racisme jusque dans la mort en unissant les peuples et les continents dans un même chagrin. Il appartient au monde pour ce qu'il a fait, métamorphoser pacifiquement un régime raciste et détesté en une nation arc-en-ciel réconciliée avec elle-même. Il appartient au monde pour ce qu'il était : un modèle d'intégrité et de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant