Hommage à Charlie Hebdo sous haute sécurité à New York

le
4
HOMMAGE À CHARLIE HEBDO LORS DU GALA DU PEN À NEW YORK
HOMMAGE À CHARLIE HEBDO LORS DU GALA DU PEN À NEW YORK

NEW YORK (Reuters) - Le "Prix Courage et Liberté d'expression" du centre américain PEN a été remis mardi soir à New York au journal satirique français Charlie Hebdo dont la rédaction a été décimée il y a quatre mois par un attentat islamiste.

Le gala de la célèbre association d'écrivains s'est tenu deux jours après l'attaque, apparemment menée par deux islamistes, contre un concours de caricatures du prophète Mahomet au Texas.

Les mesures de sécurité ont en conséquence été "renforcées", ont indiqué les organisateurs de la cérémonie.

Les caricatures du prophète de l'islam étaient également au centre de l'attaque menée par les frères Saïd et Chérif Kouachi qui a fait 12 morts le 7 janvier dernier au siège de la rédaction de Charlie Hebdo à Paris. L'attentat a été revendiqué par la branche d'Al Qaïda au Yémen, qui estime que les caricatures de l'hebdomadaire sont une insulte au prophète.

"L'équipe actuelle de Charlie Hebdo a persisté. La récompense de ce soir est le reflet de son refus d'accepter la limitation de la parole légitime par la violence", a déclaré le président de PEN, Andrew Solomon, lors de la cérémonie, à laquelle participaient de nombreuses personnalités du monde des lettres.

L'arme la plus puissante des extrémistes religieux est la peur et "nous devons la désarmer", a déclaré dans sa réponse, le rédacteur en chef de Charlie Hebdo, Gérard Biard.

"Ils ne veulent pas que nous écrivions et que nous dessinions. Nous devons écrire et dessiner", a-t-il ajouté. "Ils ne veulent pas que nous pensions et que nous riions. Nous devons penser et rire. Ils ne veulent pas que nous débattions. Nous devons débattre. En étant ici ce soir, nous contribuons à les désarmer."

La décision du centre PEN d'accorder son prix de la liberté d'expression au journal satirique français a fait polémique aux Etats-Unis, où six écrivains de renom ont renoncé à participer à l'évènement tandis qu'une centaine d'autres ont signé une lettre ouverte dénonçant "l'intolérance culturelle" de Charlie Hebdo.

Des policiers en uniforme, des unités antiterroristes et des chiens policiers étaient visibles autour du Musée américain d'histoire naturelle où avait lieu la cérémonie.

(Ellen Wulfhorst et Sebastien Malo; Tangi Salaün et Danielle Rouquié pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jlgatel le mercredi 6 mai 2015 à 13:39

    et pendant ce temps on casse les c.... a Ménard qui compte les musulms, mais faut bien les compter pour faire les repas sans porc

  • M4484897 le mercredi 6 mai 2015 à 12:42

    Ah oui Charlie hebdo, ceux qui ont le droit de dire ce qu'ils veulent, mais ils sont bien les seuls, pour nous autres c'est autre chose, soit on ne nous entend pas soit on nous accuse de racisme ou de xénophobie

  • dupon666 le mercredi 6 mai 2015 à 09:48

    ils auraient mieux fait de decorer les journalistes morts d'avoir fait leur travail d'information sur les champs de bataille du donbass

  • C177571 le mercredi 6 mai 2015 à 07:50

    Le Vatican devrait décorer Charlie hebdo ,comme cela ils auront bu la coupe jusqu'à lie!!