Homeland, thriller psychologique plébiscité aux Emmy Awards

le
0
TROIS EMMY AWARDS POUR HOMELAND
TROIS EMMY AWARDS POUR HOMELAND

LOS ANGELES (Reuters) - La 64e cérémonie des Emmy Awards a tourné dimanche soir au plébiscite pour la série Homeland, un thriller psychologique qui brosse le portrait d'une Amérique paranoïaque, incapable de chasser les peurs nées des attentats du 11-Septembre.

Cette fiction que l'on doit à Alex Gansa et Howard Gordon, qui avaient tous deux travaillé sur 24 Heures Chrono, a été récompensée par l'Emmy de la meilleure série pour 2012 tandis que le Britannique Damian Lewis était désigné meilleur acteur dans une série dramatique et Claire Danes obtenait la statuette de la meilleure actrice dans cette catégorie.

La consécration de Homeland était certes attendue mais pas dans de telles proportions puisqu'elle décroche les trois plus prestigieuses récompenses de la soirée. Celles-ci viennent s'ajouter au Golden Globe obtenu au titre de meilleure série dramatique en janvier dernier.

A l'origine, Homeland est une adaptation d'une série israélienne intitulée Hatufim (Prisonniers de guerre) qui raconte le retour et la reprise en main par le Mossad de trois soldats qui ont passé 17 ans prisonniers d'islamistes.

Cette reconnaissance, alors que la série n'en est qu'à sa première saison, trahit l'inquiétude qui traverse la société américaine après la mort d'Oussama ben Laden, abattu par une unité de Navy Seals au Pakistan en mai 2011.

La disparition du fondateur d'Al Qaïda n'a pas apaisé la crainte dans laquelle vivent les Etats-Unis depuis le 11 septembre 2001. Il faut sans doute remonter à l'attaque de Pearl Harbour pour trouver un traumatisme d'une telle ampleur dans la conscience collective américaine.

Les années 2000 furent à la télévision celle du traumatisme et du besoin d'être rassuré. La série 24 Heures Chrono, sur laquelle Gansa et Gordon officièrent comme scénaristes, servit ces deux objectifs au travers du personnage de l'agent Jack Bauer de la cellule anti-terroriste de Los Angeles.

La décennie 2010 est celle d'une plongée dans une paranoïa aiguë: la mort de Ben Laden n'a pas effacé les risques d'attentats aux Etats-Unis. Cette crainte s'accompagne dans Homeland du sentiment de culpabilité de n'avoir pas su empêcher les drames de 2001.

MISE EN SCENE DE LA FOLIE

Dans la série, Claire Danes joue le rôle d'une agent de la CIA qui est convaincue que le sergent Nicholas Brody (Damian Lewis), libéré d'une captivité de huit ans en Irak, est passé dans le camp islamiste et revient au pays pour commettre un attentat.

L'obsession de l'agent va se transformer peu à peu en folie sous l'effet d'une personnalité bipolaire. La thématique développée est celle du fou qui a raison contre tous et apporte la vérité à tous les incrédules sains d'esprit.

Claire Danes, qui avait été récompensée pour son rôle dans la mini-série Temple Grandin, une professeur souffrant d'autisme, en 2010 apparaît à nouveau à son avantage dans cette composition d'une personnalité complexe et torturée.

Damian Lewis, qui est récompensé pour la première fois par un Emmy Award, est très convaincant dans la peau d'un soldat devenu héros national après sa prestation dans Frères d'armes, récit de la Seconde guerre mondiale au sein d'une compagnie de reconnaissance américaine, en 2001.

Au palmarès des Emmy Awards, Homeland réussit l'exploit de détrôner Mad Men qui restait sur quatre victoires consécutives et était à nouveau en lice cette année.

Dans la catégorie des comédies, c'est Modern Family, une sitcom de la chaîne ABC qui est le plus largement distinguée: meilleure série, meilleur second rôle masculin pour Eric Stonestreet et meilleur second rôle féminin pour Julie Bowen.

Jon Cryer est sacré meilleur acteur d'une comédie pour son rôle d'Alan Harper, dans Mon Oncle Charlie, un kiné rapiat qui vit dans la grande maison de son frère au bord de la plage de Malibu à Los Angeles.

Enfin, Julia Louis-Dreyfus, dont on se souvient dans Seinfeld, est la meilleure actrice dans une comédie pour son personnage de la vice-présidente Selina Meyer dans Veep, fiction de la chaîne câblée HBO.

Dans la catégorie dramatique le meilleur second rôle masculin va à Aaron Paul qui incarne Jesse Pinkman dans Breaking Bad et le meilleur second rôle féminin à Maggie Smith qui est la comtesse de Grantham dans la série britannique à succès Downton Abbey.

Pierre Sérisier pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant