Homeland fait grincer des dents à Beyrouth

le
0
La série à succès diffusée sur Canal + est accusée de véhiculer «les pires clichés» sur la capitale libanaise.

À Beyrouth

Des hommes armés jusqu'aux dents qui sortent d'une voiture dans une impasse et agressent une femme voilée ; des agents de la CIA qui tendent une embuscade à un membre du Hezbollah... Cette scène du deuxième volet de la saison 2 de la série américaine Homeland * est située rue Hamra, à Beyrouth. L'épisode Beirut is Back dépeint la capitale libanaise comme un havre du terrorisme international. Une image héritée des heures les plus noires de la guerre de 1975-1990, qui n'a pourtant plus grand-chose à voir avec la réalité. Hamra est devenue l'une des artères les plus cosmopolites de Beyrouth, avec ses cafés, ses bars et une vie nocturne qui fait régulièrement la une des rubriques «voyage» et «loisirs» des plus grands titres de la presse occiden­tale, avec précisément le même intitulé. «Beirut is Back», titrait Travel & Leisure en 2004, «Beirut is back, and it is beautiful», renchérissait le Guardian, en 2009, pour illustrer le ret

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant