Hollande visite les start-up françaises de la Silicon Valley

le
0
Hollande visite les start-up françaises de la Silicon Valley
Hollande visite les start-up françaises de la Silicon Valley

Le président français François Hollande a proclamé mercredi à San Francisco sa foi dans les entreprises innovantes et les start-up mais aussi sa disposition à accueillir en France les géants américains de l'internet, au terme d'une visite d'Etat de trois jours aux Etats-Unis.Symbole de cette lune de miel: le "hug" (accolade) qu'il a accordé à Carlos Diaz, un entrepreneur de la Silicon Valley. Celui-ci était à l'origine en 2012 du mouvement des "pigeons", une révolte de patrons contre la hausse un temps envisagée de la taxation des plus-values sur les cessions d'entreprises, initiative qui menaçait de décourager les investisseurs."Etes-vous capable aujourd'hui d'embrasser vraiment les entrepreneurs et de leur faire un hug", l'a mis au défit Carlos Diaz, disant avoir "adoré" le discours du chef de l'Etat qui avait égrené une série de mesures en faveur des start-up françaises. François Hollande s'est alors volontiers exécuté, sous les applaudissements des quelques dizaines de dirigeants de start-up présents.Après deux jours d'une visite d'Etat à Washington dominée par les grands enjeux diplomatiques et économiques, il aura été le premier président français en exercice à fouler le sol de la Californie depuis 30 ans après François Mitterrand. Ce dernier, a-t-il rappelé, avait alors croisé le chemin de Steve Jobs, le fondateur d'Apple venu déjà l'interpeller sur le peu d'étudiants français créateurs d'entreprises.François Hollande a fait valoir que "la France doit reconnaître le dynamisme de ses entrepreneurs" et favoriser "l'esprit d'initiative".Le président français a ainsi promis dès "le mois prochain" un dispositif "aussi incitatif qu'aux Etats-Unis" pour le "financement participatif" des jeunes pousses françaises, proposé des mesures en faveur des étudiants créateurs d'entreprise, relancé l'idée de "passeports ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant