Hollande veut un nouvel agenda européen pour enrayer l'extrémisme

le
0

ATHENES, 23 octobre (Reuters) - François Hollande a plaidé vendredi à Athènes pour un "nouvel agenda" européen afin d'enrayer la progression des extrémismes sur le continent. Devant le Parlement grec, le président français a renouvelé son souhait de voir davantage d'investissements, de faire de la jeunesse une priorité, de doter la zone euro d'un budget et d'un gouvernement économique et de donner au Parlement européen davantage de poids. "Si j'ai souhaité qu'il puisse y avoir une nouvelle étape de la construction européenne (...) c'est parce que j'ai la conviction que si l'Europe n'avance pas, chaque pays finira par douter", a dit François Hollande. "Je vois bien, y compris dans le mien, la poussée de l'influence de ceux qui veulent se retirer de tout, se replier, se barricader, ériger des murs, considérer l'autre comme un suspect, ne plus vouloir rien donner à ceux qui n'habitent pas dans le même endroit ou dans le même pays", a-t-il ajouté. "Nous devons agir, c'est la raison pour laquelle je propose que l'Europe puisse se donner un nouvel agenda", a encore déclaré le président français. François Hollande a une nouvelle fois demandé à la Grèce d'appliquer les difficiles réformes imposées par ses créanciers internationaux, condition selon lui pour que la charge de la dette publique soit à l'avenir allégée. (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant