Hollande veut dissuader l'Autriche d'ériger une clôture

le
3

PARIS, 30 octobre (Reuters) - François Hollande s'est déclaré vendredi opposé à l'érection de clôtures pour contenir les réfugiés en Europe, une solution actuellement envisagée par l'Autriche face à l'afflux sur son sol de migrants en transit vers l'Allemagne. En visite à l'Elysée, le chancelier autrichien Werner Faymann a pour sa part déclaré que "seules des réponses européennes communes" pouvaient apporter des solutions à ce problème. Gérer le flot de réfugiés, "c'est faire en sorte que nous puissions limiter l'afflux vers l'Europe et gérer d'une manière ordonnée les arrivées", a dit François Hollande dans une déclaration commune aux côtés de son hôte. "Ça veut dire donc ne pas ériger de mur ou de barrière à l'intérieur de l'Europe mais tout simplement assurer la frontière extérieure", a-t-il ajouté. L'idée de mettre en place des garde-frontières européens "fait son chemin" à la Commission européenne, a-t-il souligné. Le président français a dit comprendre les craintes d'une population autrichienne "qui fait autant qu'elle peut pour assurer dans le respect et la dignité l'accueil de cette population souvent en transit vers l'Allemagne." Le gouvernement de Vienne a dit cette semaine son intention de faire ériger une clôture sans barbelés au point de passage de Spielfeld, à la frontière slovène, par où passent quotidiennement plusieurs milliers de migrants. La Bavière, région allemande frontalière de l'Autriche, se montre de plus en plus réticente à les accueillir et Vienne craint que les autorités allemandes ne limitent les arrivées, ce qui conduirait une partie des migrants à rester sur son territoire. A Paris, le chancelier autrichien s'est prononcé pour une solution européenne au problème. "Vouloir rediriger des réfugiés vers son voisin ne saurait être une réponse en Europe", a dit Werner Faymann à l'adresse de Berlin, qui accuse Vienne de conduire de nuit des groupes de réfugiés à la frontière allemande pour les aider à passer sans être repérés. "C'est un défi qui est difficile", a-t-il reconnu, plaidant pour Europe "plus forte que la jalousie, l'envie, la haine, la colère et les préjugés." (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9080292 le vendredi 30 oct 2015 à 18:30

    De quoi il se mêle ce Hollande

  • pierry5 le vendredi 30 oct 2015 à 17:50

    Il dissuade les autrichien d'ériger des barrière. Bien il n'ont qu'à les laisser entrer et les diriger directement vers la France. C'est pas très loin.

  • kurki le vendredi 30 oct 2015 à 17:47

    Le donneur de leçons ! Mais entend-il les leçons qu'on lui hurle dans son pays ?