Hollande veut des mesures coercitives dans le texte sur la Syrie

le
0
FRANÇOIS HOLLANDE VEUT DES MESURES COERCITIVES DANS LA RÉSOLUTION SUR LA SYRIE
FRANÇOIS HOLLANDE VEUT DES MESURES COERCITIVES DANS LA RÉSOLUTION SUR LA SYRIE

NEW YORK (Reuters) - François Hollande a une nouvelle fois demandé mardi au Conseil de sécurité de l'Onu de voter une résolution incluant des "mesures coercitives" pour obliger le régime syrien à renoncer à son arsenal chimique.

Le président français a évoqué la possibilité d'un renoncement au droit de veto des cinq membres permanents du conseil des sécurité de l'Onu, bloqué sur cette question depuis 18 mois, dans certains cas comme les "crimes de masse".

"En Syrie, il y a urgence", a-t-il déclaré dans un discours devant l'Assemblée générale des Nations unies.

François Hollande a demandé que soient jugés les auteurs des attaques chimiques telle que celle perpétrée le 21 août près de Damas que Paris attribue au régime de Bachar al Assad.

"Face à ce crime terrifiant, la France a voulu une réaction forte pour sanctionner une violation du droit international mais aussi pour dissuader le régime de Bachar al Assad de commettre de nouveaux massacres", a-t-il déclaré.

Après avoir envisagé une action militaire contre Damas, Paris et Washington ont finalement accepté une solution diplomatique suite à un accord russo-américain trouvé à Genève à la mi-septembre.

Ce texte relatif au démantèlement de l'arsenal chimique syrien est en passe d'être traduit dans une résolution de l'Onu que la France souhaite placer sous chapitre VII, qui prévoit des sanctions en cas de non respect de son contenu.

La France exige que la résolution "puisse prévoir des mesures coercitives, c'est-à-dire sous chapitre VII, en cas de non respect des engagements par le régime syrien. C'est d'ailleurs ce que l'accord de Genève qui a été signé entre les Russes et les Américains prévoit", a dit le chef de l'Etat.

François Hollande a aussi demandé que "ceux qui ont commis ces crimes soient tenus responsables devant la justice".

Une absence de référence au chapitre VII "priverait de toute capacité, de toute crédibilité l'action des Nations unies", a-t-il estimé lors d'une conférence de presse.

DROIT DE VETO

Le chef de l'Etat a aussi évoqué la possibilité, pour les cinq membres permanents du conseil de sécurité, dont la France fait partie, de renoncer "collectivement" à leur droit de veto dans certains cas, lors de crimes de masse par exemple.

Les veto de la Russie et de la Chine ont jusqu'ici empêché toute décision onusienne dans le dossier syrien.

"Les membres du conseil de sécurité doivent pouvoir renoncer collectivement à leur droit de veto", a dit François Hollande.

Estimant que "trop de temps a été perdu", le président français a de nouveau plaidé pour une solution politique pour "faire cesser cette guerre qui est la plus meurtrière depuis le début de ce siècle".

Pour la France, la conférence internationale dite de "Genève 2" devra être non pas "une réunion pour parler", mais "une conférence pour décider" débouchant sur l'installation d'un "gouvernement de transition doté de tous les pouvoirs exécutifs et dont la mission pourrait être de rétablir la paix civile, de protéger toutes les communautés et d'organiser, le moment venu, des élections".

"Seront bienvenus" à cette conférence "tous les pays qui acceptent cet objectif", a-t-il conclu.

Devant la presse, le président a indiqué que l'Iran, allié de Damas, pourrait être convié à cette réunion si ses intentions étaient conformes au scénario envisagé.

"À l'Iran de comprendre qu'il doit y avoir une transition politique en Syrie. Si l'Iran veut participer à Genève 2 alors ça peut être dans l'objectif de mettre en place ce gouvernement provisoire", a dit le chef de l'Etat, qui devait ensuite s'entretenir avec le nouveau président iranien, Hassan Rohani.

John Irish, avec Elizabeth Pineau à Paris, édité par Yves Clarisse et Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant