Hollande veut constitutionnaliser la déchéance de nationalité

le
0
    PARIS, 23 décembre (Reuters) - L'exécutif français a décidé 
mercredi d'inscrire dans la Constitution le régime d'état 
d'urgence dans le cadre de la lutte contre le terrorisme et une 
mesure de déchéance de nationalité pour les binationaux nés 
Français reconnus notamment coupables d'actes de terrorisme, a 
annoncé Manuel Valls. 
    Contrairement à ce qu'avait prédit la ministre de la Justice 
Christiane Taubira, François Hollande et son Premier ministre 
ont décidé de maintenir cette dernière disposition contestée 
dans le projet de loi constitutionnelle sur la protection de la 
Nation présenté mercredi en conseil des ministres. 
    "La fin de l'état d'urgence devra être strictement 
proportionnée à la situation et à la menace", a déclaré Manuel 
Valls lors d'une conférence de presse à l'issue du conseil des 
ministres. "Nous ne retenons pas la sortie progressive de l'état 
d'urgence", a-t-il précisé. 
    Par ailleurs, "le gouvernement a décidé de soumettre au 
Parlement l'extension de la déchéance de nationalité à tous les 
binationaux", a-t-il poursuivi. 
    "En aucun cas cette déchéance ne permettra d'échapper à la 
justice, ils seront poursuivis et condamnés en France. (...) À 
l'expiration de leur peine, ils pourront faire l'objet d'une 
expulsion", a-t-il précisé. 
    "L'efficacité n'est pas l'enjeu premier", a plaidé Manuel 
Valls, "c'est une mesure symbolique". 
 
 (Sophie Louet, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant